RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Sandy Hook: la plupart des victimes avaient 6 ans

Des personnes rendent hommage aux victimes de la tuerie de l'école primaire Sandy Cook de Newtown dans le Connecticut, le 15 décembre 2012
15 déc. 2012 à 20:59 - mise à jour 16 déc. 2012 à 09:06Temps de lecture4 min
Par AFP

Sur la liste des victimes, 12 petites filles et 8 petits garçons. Seize d'entre eux avaient six ans, les quatre autres sept ans. Le plus jeune, Noah Pozner, avait eu 6 ans le 20 novembre. Le plus âgé, Daniel Barden, avait soufflé ses sept bougies le 25 septembre. Tous étaient en cours préparatoire, selon les autorités.

Parmi les adultes, figurent la directrice, deux institutrices et la psychologue de l'école.

Le légiste ébranlé

Pour ajouter à l'horreur, le médecin légiste Wayne Carver a précisé que les enfants, et les six femmes tuées par un jeune de 20 ans qui s'est ensuite suicidé, avaient tous été visés à plusieurs reprises. "De 3 à 11 fois pour les sept que j'ai examinées personnellement", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. Visiblement ébranlé, il a ajouté qu'en trente ans de carrière, il n'avait jamais rien vu de pire.

Le Dr Carver a ajouté que le tueur, Adam Lanza, un enfant du pays, avait utilisé une arme semi-automatique, apparemment un Bushmaster .233, pour commettre son forfait.

Premiers résultats de l'enquête

Le porte-parole de la police du Connecticut Paul Vance a déclaré que l'enquête, menée à l'école et dans la luxueuse maison où le jeune tueur vivait avec sa mère - abattue chez elle avant le massacre - avait permis de rassembler de "très bons éléments", qui, "nous l'espérons, permettra de peindre une image complète de comment, et surtout pourquoi, cela s'est produit".

A Newtown, petite ville à 90 minutes de New York, où tout le monde se connaît, les 27.000 habitants sont restés inconsolables. Plusieurs veillées funèbres étaient encore prévues samedi soir. Des ballons blancs, des cartes, des peluches, des fleurs ont été apportées près de l'école, en un mémorial improvisé.

Dans une intervention bouleversante, le père d'une petite victime, Emilie Parker, 6 ans, a présenté ses condoléances à toutes les familles, y compris celle de Lanza.

"Je veux présenter mes condoléances les plus sincères à toute les familles", a déclaré Robbie Parker, 30 ans, lors d'un point de presse, extrêmement ému. "Et cela inclut la famille du tueur", a-t-il précisé. "Je ne peux pas imaginer à quel point cette expérience doit être dure pour vous. Je veux que vous sachiez que, pour votre famille, vous avez aussi notre amour et notre soutien", a insisté cet infirmier dans un service néonatal de soins intensifs, père de deux autres petites filles de 3 et 4 ans.      

Il a ensuite raconté Emilie, 6 ans, "une petite fille brillante, créative et très aimante", petite blonde aux yeux bleus qui apprenait à lire à sa soeur de 4 ans, et à dessiner à celle de 3 ans. Il l'a vue pour la dernière fois vendredi matin, avant de partir au travail. "Je lui apprenais le portugais, et ses derniers mots ont été en portugais", a-t-il ajouté.

Sa mort et celle des 19 autres enfants, tous âgés de 6 et 7 ans, doit "nous inspirer pour être meilleurs, plus compatissants et plus attentionnés envers les autres. Ma fille Emilie serait la première à offrir son amour et soutien à toutes les victimes", a-t-il poursuivi.       "C'était une artiste exceptionnelle, elle emportait partout ses feutres et crayons, et ne manquait jamais une occasion de dessiner ou écrire une carte", a-t-il ajouté, jonglant douloureusement entre le présent et le passé.

Quand le drame a éclaté, Robbie Parker n'avait pas pu quitter son travail. Et il a raconté son angoisse, parlant au téléphone à sa femme Alissa qui s'était précipitée à l'école pour y chercher désespérement des nouvelles de leur fille.

Les victimes adultes mortes en protégeant les enfants

La directrice, Dawn Hochsprung, 47 ans, et la psychologue Mary Sherlach, 56 ans, ont été tuées alors qu'elles couraient pour protéger les enfants après avoir entendu les coups de feu, a expliqué une responsable de l'école, Janet Robinson. Victoria Soto, 27 ans, serait morte après avoir caché ses élèves dans un placard.

Selon la police, Adam Lanza était peu avant entré "de force" dans l'école, pourtant fermée après l'entrée des élèves.

"je vous aime très fort"

Mary Ann Jacob, employée de la bibliothèque, a raconté qu'avec trois autres adultes, elle s'était enfermée avec 18 enfants dans une remise à ordinateurs, avec de quoi dessiner. Elle a expliqué aux enfants qu'il s'agissait d'un exercice. "Je leur ai dit 'sachez que je vous aime tous très fort', je pensais que ce serait la dernière chose qu'ils allaient entendre, je croyais qu'on allait tous mourir", a également raconté sur ABC une jeune institutrice, Kaitlin Roig, qui avait caché ses élèves dans les toilettes en leur demandant de rester silencieux.

Une petite élève, Lenie Urbina, 9 ans, a elle raconté à ses parents qu'elle avait entendu quelqu'un dire "les mains en l'air et puis bang, bang, bang".

Un jeune solitaire

Adam Lanza avait trois armes, deux pistolets et un fusil semi-automatique. Elles appartenaient apparemment à sa mère.

Son portrait reste encore flou. D'anciens camarades de classe l'ont décrit comme timide, solitaire et très intelligent, n'affichant que peu d'émotions. Certains ont évoqué le syndrome d'Asperger, un trouble du spectre autistique qui se caractérise par des difficultés dans les interactions sociales. Mais cela n'a pas été confirmé.

Le porte-parole de la police a cependant démenti qu'Adam ait été impliqué dans une récente altercation à l'école. Son père a fait part samedi de son incompréhension et de la douleur qu'il éprouve pour les familles des victimes.

"Nos pensées vont aux familles des victimes et aux amis qui ont perdu des êtres aimés et aux blessés. Notre famille pleure avec tous ceux qui ont été touchés par cette énorme tragédie", écrit dans un communiqué Peter Lanza.

Ce massacre, perpétré à quelques jours de Noël, est le deuxième plus grave jamais commis dans un établissement scolaire américain.

Le président Barack Obama, qui avait été vendredi submergé par l'émotion, a appelé les Américains à être solidaires des proches des victimes. Et il a évoqué la nécessité de "prendre des mesures significatives pour empêcher de telles tragédies".

Le drame a relancé, comme souvent, le débat sur les armes à feu. Plusieurs responsables politiques ont appelé à s'attaquer sérieusement et immédiatement au problème.

La Maison Blanche a annoncé samedi soir que le président Obama se rendrait sur place dimanche.


AFP

Sur le même sujet

L'armurier Remington conclut un accord avec les familles de la tuerie de Sandy Hook en 2012

Monde

E-U: deux élèves blessés après une nouvelle fusillade à Philadelphie

Monde