RTBFPasser au contenu
Rechercher

Culture Club

Sandra Bullock, une carrière en dents de scie, entre Golden Globe et … Razzie Award

La carrière de Sandra Bullock n’a pas toujours été un long fleuve tranquille, bien au contraire…

L’actrice américaine Sandra Bullock est de retour dans les salles avec le film Le secret de la cité perdue, qui sort au cinéma ce 20 avril. À ses côtés, des stars non moins célèbres qu’elle, à savoir Channing Tatum et Daniel Radcliffe. Mais Sandra crève l’écran, comme elle le fait depuis 40 ans ! Petit récap' de sa carrière, entre succès et bides monumentaux.

Sandra Bullock commence sa carrière très jeune. Alors qu’elle passe la plus grosse partie de son enfance en Allemagne, elle rêve déjà de jouer dans des films et obtient des petits rôles de figuration. Lorsqu’elle arrive aux Etats-Unis, elle se destine d’abord au théâtre. En 1990, c’est pourtant un studio de production qui l’appelle : elle est choisie pour incarner le rôle de Tess McGill dans la série Working Girl, inspirée du film du même nom dans lequel jouait la célèbre Mélanie Griffith. Ce rôle ne lui plaît pas et en plus, la série est un échec : la diffusion s’arrête au bout du 7e épisode….

Sandra ne baisse pas les bras pour autant. Au début des années 90, elle continue à jouer dans des petits rôles. Et enfin, en 1993, elle obtient son premier rôle principal dans le film Demolition Man, dans lequel elle joue aux côtés de Sylvester Stallone (excusez du peu !). L’année 1994 n’est pas moins prolifique : cette année-là, elle décroche, avec le film Speed, le rôle d’une conductrice de bus qui doit sauver l’engin d’une attaque terroriste (en gros, si elle freine, tout le monde meurt). Tout le monde est bluffé par ses talents d’actrice et très vite, les rôles et succès s’enchaînent pour elle : L’amour à tout prix, Traque sur Internet, Le droit de tuer,…

Mais les succès ne vont malheureusement pas durer éternellement : les échecs commerciaux et les critiques acerbes s’enchaînent pour l’actrice. D’abord avec le mélodrame Le Temps d’aimer qui se fait littéralement démonter au Festival de Cannes. Puis avec Speed 2, un échec tant critique que commercial, probablement en raison de l’absence de Keanu Reeves, qui avait refusé de participer à ce second volet.

À la fin des années 90, Sandra Bullock s’essaye à la production et cela lui réussit plutôt bien. Elle fait ainsi partie des producteurs du film Ainsi va la vie, réalisé par Forest Whitaker, dans lequel elle tient par ailleurs le premier rôle. Le film est un succès au box-office.

Loading...

Les ensorceleuses, un film nul devenu culte

Ceci dit, la même année, elle se viande avec un autre film, Les ensorceleuses, dans lequel elle partage l’affiche avec Nicole Kidman. Le film essuie de grosses critiques, ce qui ne l’empêche toutefois pas de devenir culte. En 2019, la plateforme HBO l’avait remis dans son catalogue dans le but de surfer sur la vague du fantastique. Comme quoi, même si un film est nul, il peut devenir culte.

En 1999, elle retourne vers la comédie romantique avec Un vent de folie, dans lequel elle partage l’affiche avec Ben Affleck.

Miss Detective, un carton au box-office

Les années 2000 ne sont pas moins prolifiques pour l’actrice, bien au contraire. Elle commence le nouveau millénaire avec quelques films moins réussis, mais très vite arrive le fameux Miss Detective, qu’elle produit et dans lequel elle tient le rôle principal. Le film génère pas moins de 212 millions de dollars en recettes mondiales et lui vaut surtout d’être nommée dans la catégorie "Meilleure actrice" aux Golden Globes. Très vite, les succès s’enchaînent : elle donne la réplique à Hugh Grant dans L’Amour sans préavis, puis retrouve Keanu Reeves 12 ans après Speed, dans le film Entre deux rives.

Loading...

Sandra Bullock a bien fait de mordre sur sa chique : à 45 ans, sa célébrité est enfin associée à une réelle reconnaissance sur le plan critique. En 2009, elle joue face à Ryan Reynolds dans La proposition qui lui vaut à nouveau une nomination aux Goldens Globes, cette fois dans la catégorie "Meilleure actrice de comédie/film musical".

Un Golden Globe et un Razzie Award… la même année (mais pas pour le même film, ouf)

L’année suivante, elle obtient enfin le Golden Globe de la Meilleure actrice dans un film dramatique pour son rôle dans The Blind Side, et va enchaîner avec l’Oscar de la Meilleure actrice. Fun fact : la même année, elle obtient aussi le Razzie Award de la pire actrice pour son rôle dans le film All About Steve, ce qui fait d’elle la seule actrice à avoir remporté ces deux titres la même année.

Depuis lors, on a encore pu la voir dans de jolis succès, notamment dans Gravity, Ocean’s 8 et Bird Box. En passant, elle a aussi été élue "la plus belle femme de monde" par le magazine People, récompense qu’elle a trouvée "ridicule" puisque selon elle, la "vraie beauté est discrète". Est-ce qu’elle n’a pas un peu plié le game, là ?

Sur le même sujet

Sandra Bullock désignée "Plus belle femme du monde" en 2015 par People

Cinéma

Articles recommandés pour vous