RTBFPasser au contenu

inondations 2021

Salles de spectacles fermées, locaux détruits, terrains impraticables: le secteur associatif et culturel de Limbourg est pratiquement à l’arrêt

Les terribles dégâts au terrain de dressage du club canin « le Pisteur » à Limbourg.
13 janv. 2022 à 10:432 min
Par Philippe Collette

La commune de Limbourg, l'une des plus gravement touchées par les inondations de juillet, fonctionne toujours au ralenti: très peu de commerces ont rouvert dans le centre de Dolhain tandis que l'activité socio-culturelle est quasi à l'arrêt.

Les différentes salles ont été noyées et sont fermées, ce qui empêche les nombreuses associations locales de fonctionner si ce n'est avec des moyens de fortune. On n'est pas loin du désert socio-culturel à Dolhain.


►►► Retrouvez notre dossier spécial : inondations en Belgique, 6 mois après


Presque toutes les salles sont fermées

La salle communale du Kursaal, c’est l’épicentre de la vie socio-culturelle à Limbourg, le point de chute principal des sociétés locales et des organisateurs d’événements. "Chaque weekend, il y avait une, voire même deux manifestations" explique Renaud Cloes, le gérant du Kursaal. "Et en plus de ça, en parallèle, une occupation des locaux et de la cafétéria du Kursaal pour différentes réunions, et des répétitions des sociétés musicales locales".

La grande salle du Kursaal à Dolhain est indisponible pour de longs mois encore.
La grande salle du Kursaal à Dolhain est indisponible pour de longs mois encore. RTBF - Philippe Collette

La remise en état du Kursaal est en route mais on ne prévoit pas de réouverture avant début 2023. Et comme les autres salles limbourgeoises le long de la Vesdre ont aussi été noyées, la vie associative est pour le moins réduite: "Le Kursaal est sinistré, c'est aussi le cas des deux salles goétoises, la salle de La Rochette et le Cercle Saint-Lambert. Sur la commune, au niveau des salles, il ne reste quasiment que la salle de la jeunesse à Bilstain et la salle d'Hèvremont" confie Renaud Cloes.


►►►Six mois après les inondations, la crue de la Vesdre n'en a pas fini avec la vallée et ses habitants


La salle de la Rochette à Goé a été complètement noyée.
La salle de la Rochette à Goé a été complètement noyée. RTBF - Philippe Collette

Les associations tentent de survivre, vaille que vaille

Les colombophiles, par exemple, doivent rénover leur local, les fanfares répètent dans un local non chauffé, le Coin de Terre, un potager collectif, a disparu et la société canine le Pisteur n’a plus d’installation pour le dressage des chiens. "Nous avons à peu près une centaine de membres qui, bien sûr, n'ont plus la possibilité de venir s'entrainer sur nos terrains" explique Danielle Sauveur, la secrétaire. "On est donc dispersés sur différents clubs de la région pour pouvoir quand même toujours accueillir des chiens qui ont besoin de travailler, qui ont besoin d'être éduqués".

Sur le plan associatif et culturel, Limbourg est donc pour l’instant proche d’une ville morte.


►►► Trop de préjudices: les clubs sportifs touchés par les inondations veulent retrouver au plus vite leurs installations


Sur le même sujet

13 janv. 2022 à 19:07
5 min
13 janv. 2022 à 15:30
3 min

Articles recommandés pour vous