RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Sages-femmes à domicile, solution au raccourcissement du séjour maternité

La voiture du service PLUME
22 oct. 2014 à 16:30Temps de lecture1 min
Par Sarah Henderyckx

Depuis le 13 octobre, Monique Colson, sage-femme, prend son service dans le garage de l’hôpital. C’est là qu’est parqué son nouvel outil de travail : une petite voiture électrique rose fuchsia. Chaque jour, elle l’emprunte pour aller à la rencontre de six à sept patientes à leur domicile.

Monitoring tous les deux jours

Ce jour-là, elle se rend chez Moïra Lhoir, enceinte de 33 semaines. Cette future maman aurait dû être hospitalisée pour suivre la fin de sa grossesse, mais elle peut désormais rester à la maison grâce à Monique qui vient vérifier les battements de cœur du bébé tous les deux jours. Un vrai soulagement pour Moïra qui peut ainsi profiter de sa grossesse sereinement.

On ne prend aucun risque

Les mamans et leurs bébés peuvent également être suivis après l’accouchement. Les sages-femmes les accompagnent alors dans l’allaitement maternel et les premiers soins par exemple. Cela permet notamment aux mamans qui le souhaitent de rentrer plus tôt à la maison, même un jour ou deux seulement après l’accouchement. La responsable de la maternité rassure néanmoins, la santé des patients est la priorité. Un médecin de référence fait partie de l’équipe.

Entièrement remboursé

Le service PLUME tombe à pic à Charleroi, alors que le gouvernement annonce sa volonté de réduire le temps du séjour en maternité. Il est vrai que l’hospitalisation coûte cher, mais les équipes du Grand Hôpital de Charleroi y voient surtout un gain en confort de vie pour les patientes. De plus, ce service de sages-femmes à domicile existe déjà dans d’autres régions de Belgique et est entièrement remboursé par la mutuelle.

Sarah Heinderyckx

Ci-dessous, retrouvez notre reportage diffusé au JT de 13h

Sages-femmes à domicile à Charleroi

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Séjour en maternité: les sages-femmes ont le baby blues

Des infirmières à domicile facturaient jusqu'à 200 000 euros pas an

Belgique

Articles recommandés pour vous