Russie : des médecins allemands peuvent voir Navalny qui n'a pas été empoisonné selon les examens russes

L’état de santé de l’opposant russe Navalny jugé trop "instable", il ne peut pas être transféré à l’étranger
21 août 2020 à 05:32 - mise à jour 21 août 2020 à 10:36Temps de lecture3 min
Par RTBF avec Agences

Des médecins allemands ont été autorisés à voir l'opposant russe Alexeï Navalny, hospitalisé en réanimation en Sibérie après avoir été selon ses proches victime d'un "empoisonnement", a indiqué vendredi un membre de son entourage.

"Les médecins qui sont venus sur ce vol de Nuremberg (affrété par une ONG pour transférer M. Navalny en Allemagne) et qui se sont vu refuser l'accès au patient, l'ont obtenu il y a quelques minutes seulement", a annoncé lors d'une conférence de presse à Berlin le bras droit de l’opposant, Leonid Volkov, saluant une "évolution positive".

Le médecin-chef de l’hôpital sibérien où est pris en charge l’opposant russe Alexeï Navalny a déclaré vendredi que le diagnostic principal était celui d’un problème métabolique résultant d’une faible glycémie.

Alexandre Murakhovsky a précisé que des traces de substances chimiques industrielles avaient été décelées sur les vêtements et les doigt de l’avocat de 44 ans, hospitalisé depuis jeudi dans un état grave après avoir bu jeudi matin un thé que ses proches soupçonnent d’avoir été empoisonné, alors qu’il regagnait Moscou depuis la Sibérie.

Une porte-parole de l’Union européenne a réclamé vendredi qu’une enquête soit menée sur ces soupçons d’empoisonnement et a appelé à ce qu’il soit rapidement transféré en Allemagne pour y être soigné.

Pas de poison décelé

"Aucun poison" n’a été découvert dans l’organisme du principal opposant russe Alexeï Navalny, hospitalisé en réanimation en Sibérie après avoir fait un malaise, a indiqué vendredi l’un des médecins-en-chef de l’établissement, précisant que son état était encore "instable".

"À ce jour, aucun poison n’a été identifié dans le sang et l’urine, il n’y a pas de traces d’une telle présence", a déclaré Anatoli Kalinitchenko, le vice-directeur de l’hôpital des urgences n°1 d’Omsk où l’opposant a été admis.

Nous ne croyons pas qu’il ait souffert d’un empoisonnement

"Nous ne croyons pas qu’il ait souffert d’un empoisonnement", a-t-il poursuivi, tout en ajoutant qu’il ne pouvait énoncer le diagnostic de M. Navalny en raison de la loi mais qu’il avait été signifié à sa famille.

Selon lui, l’état de M. Navalny est "instable", ce qui ne permet pas son transfert à l’étranger, malgré l’arrivée à Omsk d’un avion médicalisé, affreté par une ONG qui espère ramener l’opposant en Allemagne.

Alexeï Navalny, l’un des critiques les plus féroces du Kremlin, se rendait de Tomsk à Moscou en avion quand il a fait un malaise. L’appareil a dû faire un  atterrissage d’urgence à Omsk.

L’opposant y a été admis à l’hôpital, plongé dans un coma naturel, placé en réanimation et relié à un respirateur artificiel.

Ses alliés ont dit être persuadés qu’il a été victime d’un "empoisonnement intentionnel", "avec quelque chose de mélangé à son thé".

Trop instable pour être transporté

La femme de l'opposant russe Alexeï Navalny a demandé vendredi à Vladimir Poutine de permettre le transfert de son mari vers l'Allemagne.

"J'estime qu'Alexeï Navalny a besoin d'une aide médicale qualifiée en Allemagne", a écrit Ioulia Navalnaïa dans une lettre diffusée sur Twitter, estimant réunies "toutes les possibilités pour le transport immédiat d'Alexeï sous la surveillance de médecins de haut niveau". Ce transfert est jusqu'à présent refusé par les médecins russes de l'opposant qui estiment son état "instable".

"Le médecin-en-chef a annoncé que Navalny n’est pas transportable. Son état est instable", a indiqué la porte-parole de l’opposant Kira Iarmych sur Twitter, estimant qu’il serait "mortellement dangereux de le laisser à l’hôpital non équipé à Omsk avec un diagnostic toujours pas fait".

Selon elle, la décision des proches de l’opposant n’est pas suffisante pour déclencher son transfert pour être soigné à l’étranger, les médecins s’y refusant.

Décision politique et non pas médicale

Le bras droit de l’opposant, Léonid Volkov, a pour sa part dénoncé une "décision politique et non pas médicale". "Ils attendent que les toxines sortent et cessent d’être détectées dans le corps. Il n’y a ni diagnostic, ni analyse. La vie d’Alexeï est en grand danger", a-t-il écrit sur Twitter.

Aide médicale proposée par l’Allemagne et la France

La France et l’Allemagne ont offert jeudi "toute aide médicale", tandis qu’un avion médicalisé a été affrété dans la nuit depuis l’Allemagne par une ONG avec l’objectif d’y rapatrier ensuite Alexeï Navalny.

"C’est clairement plus sûr à bord d’un avion moderne qu’à l’hôpital à Omsk, transférez-le le plus vite possible", a plaidé M. Volkov.

Principal opposant au Kremlin, dont les publications dénonçant la corruption des élites russes sont abondamment partagées sur les réseaux sociaux, Alexeï Navalny a déjà été victime d’attaques physiques par le passé. Son organisation et ses partisans font régulièrement l’objet de pressions et de procédures en justice.

 

Articles recommandés pour vous