Monde

Royaume-Uni : le gouvernement se prépare à effectuer ses premières expulsions vers le Rwanda

La décision du gouvernement britannique suscite une opposition au Royaume-Uni

© AFP/BELGA

14 juin 2022 à 09:57Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Kevin Dero

Sauf annulation de dernière minute, le gouvernement britannique se prépare à expulser mardi vers le Rwanda de premiers migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni, un projet controversé jugé "immoral" par l’Eglise anglicane.

Un vol spécialement affrété avec à son bord des clandestins doit décoller de Londres dans la soirée et atterrir le lendemain matin à Kigali, selon des opposants à l’initiative.

En envoyant les migrants arrivés clandestinement au Royaume-Uni dans ce pays d’Afrique de l’Est, à plus de 6000 km de Londres, le gouvernement entend dissuader les traversées illégales de la Manche, qui ne cessent d’augmenter malgré ses promesses répétées de contrôler l’immigration depuis le Brexit.

Ce projet controversé, qui rappelle la politique menée par l’Australie, a été validé par la justice britannique. Celle-ci a rejeté en première instance puis en appel des recours de dernière minute formulés notamment par des associations pour tenter de stopper les départs.

Mais à la suite des divers recours individuels, le premier vol risque de décoller quasi vide, avec seulement sept migrants. Selon l’association Care4Calais, 24 des 31 personnes initialement prévues ont vu leur ticket vers le Rwanda annulé. Parmi ceux devant partir initialement se trouvaient notamment des Iraniens, des Irakiens, des Albanais et un Syrien, selon elle.

"Laissez tomber l'accord" pouvait-on lire sur ce panneau visible lors d'une manifestation à Londres le 13 juin
"Laissez tomber l'accord" pouvait-on lire sur ce panneau visible lors d'une manifestation à Londres le 13 juin AFP

Sujet de notre JT du 16 avril 2022:

Royaume-Uni: les clandestins bientôt renvoyés au Rwanda (sujet de notre JT du 16 avril 2022)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Si elles ne sont pas sur ce vol, elles seront sur le suivant"

De nouveaux recours sont prévus mardi.

"Il y aura des personnes sur ces vols et si elles ne sont pas sur ce vol, elles seront sur le suivant", a affirmé la cheffe de la diplomatie Liz Truss sur Sky News. "Ce qui importe vraiment, c’est d’établir le principe" et de "briser le modèle économique de ces gens épouvantables, ces trafiquants qui font commerce de la détresse".

Les associations n’entendent pas baisser les bras et comptent poursuivre leur contestation en justice, avec un examen détaillé de la légalité de la mesure prévu en juillet, alors qu’une manifestation a rassemblé des centaines de personnes devant le ministère de l'Intérieur ce lundi soir.

Sur le même sujet

Asile et Migration : le Royaume-Uni a déjà payé 120 millions de livres au Rwanda pour l’accord migratoire

Monde

Royaume-Uni : faute d'accord, la grève du rail et du métro se poursuit

Monde

Articles recommandés pour vous