Décès d'Elizabeth II

Royaume-Uni : le décès d’Elizabeth II peut-il fragiliser la monarchie ?

© Bet_Noire

11 sept. 2022 à 14:22Temps de lecture3 min
Par Paul Verdeau

La reine est morte, vive le roi. Alors que le Royaume-Uni rend hommage à Elizabeth II, décédée jeudi après 70 ans de règne, la monarchie britannique se prépare à un changement de style radical. Bien que Charles III, proclamé roi ce samedi, a eu plusieurs décennies pour préparer son règne, la couronne pourrait lui sembler bien lourde à porter. Lors du jubilé de platine d’Elizabeth II, en mai dernier, un sondage de YouGov illustrait le fossé de popularité entre la reine et son fils : 69% d’opinion favorable pour Elizabeth, contre seulement 19% pour Charles !

De quoi craindre que la couronne vacille réellement ? C’est aller un peu vite en besogne : lors d’un sondage réalisé par le même institut lors du jubilé, 27% des Britanniques seulement étaient favorables à la fin de la monarchie. En revanche, ils étaient nettement plus nombreux parmi les travaillistes (environ 43%) et en Ecosse (40%, le plus fort total parmi les nations du Royaume-Uni).

"Combien de nations vont quitter le Commonwealth ?"

Mais ça, c’était du vivant de la reine. Car, comme le soulignent plusieurs experts, notamment outre-Atlantique, l’attachement des Britanniques à la monarchie était avant tout lié à leur affection pour Elizabeth elle-même. "La Grande-Bretagne a profondément changé durant les 70 ans de règne d’Elizabeth II et elle a eu la tâche difficile, voire impossible, de préserver une institution qui en principe avait depuis longtemps dépassé sa date de péremption historique, explique l’historien Alastair Bellany sur le site de l’université de Rutgers, au Canada. Sur de nombreux aspects, Elizabeth a permis de moderniser la monarchie." Pour reprendre les mots de la Première ministre Liz Truss au moment de son hommage à la reine, elle était "le rocher sur lequel la Grande-Bretagne moderne s’est construite."

Dans les pays du Commonwealth, l’annonce de la mort d’Elizabeth II a connu un accueil mitigé : la couronne incarne pour beaucoup les restes de l’empire colonial britannique et ses souvenirs douloureux, tout en étant le monarque qui leur a assuré de son soutien et son dévouement éternels lors de son discours de couronnement. "Combien de ces nations, en l’absence de l’affection et l’admiration personnelle pour Elizabeth II, choisiront désormais de se séparer de la couronne et devenir des républiques ?", s’interroge Alastair Bellany. En novembre 2021, la Barbade a proclamé son indépendance de la couronne britannique, une première dans le Commonwealth depuis l’île Maurice… en 1992.

Beaucoup se demandent si la couronne d’Elizabeth n’est pas un peu grande pour Charles III. Du temps où il était prince de Galles, l’image de ce dernier n’était pas des meilleures : on le disait faible, vieillot et obtus, sans parler de sa relation tumultueuse avec Lady Di. Lui-même, en évoquant sa future accession au trône, ne semblait pas pressé : "Le problème, c’est que c’est une situation où vous n’êtes jamais gagnant, avouait-il dans un documentaire. Si vous ne faites rien… ils s’en plaindront. Si vous essayez et que vous ratez, ils se plaignent aussi."

Lors du sondage du Jubilé, 60% des Britanniques déclaraient vouloir continuer à être dirigés par un monarque. Près de deux sujets sur trois donc, même si paradoxalement, c’est le taux le plus bas qu’ait connu l’institut de sondages en 30 ans, rappelle le magazine Fast Company. Et entre le Brexit, la crise énergétique et les scandales politiques, la période actuelle n’est pas idéale pour le moral des Britanniques. "Mettre le projecteur sur la monarchie – symbole de hiérarchie, d’héritage traditionnel et de privilège – permettra-t-il de se distraire des problèmes matériels ? Ou est-ce que la monarchie elle-même commencera à être vécue comme un anachronisme choquant ?", se demande Alastair Bellany.

La réponse viendra probablement de la jeunesse britannique : selon le sondage du Jubilé, 40% des 18-24 ans souhaitaient la fin de la monarchie, contre 37% qui voulaient la conserver.

Sur le même sujet : Extrait JT (08/09/2022)

Elizabeth II : Une vie à servir et présenter son pays

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Deux policiers poignardés dans le centre de Londres, un homme a été arrêté, la piste terroriste écartée

Monde Europe

Hôtels, transports : Londres affiche complet pour l'enterrement d'Elizabeth II

Economie

Articles recommandés pour vous