RTBFPasser au contenu

Scène - Accueil

"Roméo et Juliette", version bilingue : une Juliette flamande transcendante

Evelien Bosmans,,Juliette dans Romeo et Juliette m.e.s Yves Beaunesnes
05 oct. 2013 à 17:41 - mise à jour 05 oct. 2013 à 19:121 min
Par Christian Jade

Critique ***

Cette allégorie en vaut bien d’autres mais pose des problèmes techniques importants. Les Capulet jouent en néerlandais, surtitré en français et les Montaigu en français, surtitré en néerlandais. Avec un Roméo qui parle parfois le flamand et Juliette le français, ce qui brouille les pistes. Enfin l’opposition des styles est étonnante. Les Flamands jouent avec leur corps «habité» par le texte, alors que les francophones sont plus« rhétoriques ».  Ainsi, Juliette, Evelien Bosmans, possédée par son rôle, déchirante et déchirée : LA découverte de cette soirée.  Par contraste, le Roméo de Gilian Petrovski, semblait un peu coincé dans sa diction « à la française». Mais quel plaisir de retrouver les vieux briscards belges, Patrick Descamps, impayable Frère Laurent et Sophia Leboutte (mère de Roméo) tout comme François Beukelaers, bilingue parfait, jouant ici  en néerlandais, avec quel aplomb, le Père Capulet. Ce soir de première, les acteurs avaient bien du mérite : ils ont subi et surmonté  une demi-heure d’attente, due au retard, inexpliqué et inexplicable, du Prince Laurent et de son épouse. Pour le public, c’était déjà pénible. Alors pour les acteurs !

Un final transcendant.

Petit conseil au public : ne partez surtout pas à l’entracte car le meilleur est à venir. Et dans l’interprétation, je songe à Juliette, de plus en plus éblouissante, et à la scénographie. Avec un deuil final, véritable morceau d’anthologie, et pour le « couple au tombeau » et pour leurs parents, rassemblés sobrement, comme un tableau ancien de mise au tombeau du Christ ! Les costumes, plutôt modernes, et la musique du groupe MLCD (My little cheap dictaphone)  achèvent de donner une belle cohérence à ce pari risqué d’Yves Beaunesne : mélanger sur un même plateau deux styles de jeu et deux langues. On finit par se faire à ce système compliqué et à apprécier l’ensemble.

Roméo et Juliette, de Shakespeare, m.e.s Yves Beaunesne, au Théâtre de Liège, jusqu’au 12 octobre. http://www.theatredeliege.be/

-Puis à Louvain la Neuve, (Aula Magna), du 15 au 25 octobre. http://www.atjv.be/

-Théâtre Le Public, du 07/01 au 15/02/2014. http://www.theatrelepublic.be/

 

 

Christian Jade (RTBF.be)

 

Sur le même sujet

09 oct. 2013 à 12:11
1 min

Articles recommandés pour vous