Tennis

Roger Federer, l'exceptionnel devenu la norme

Roger Federer, l'exceptionnel devenu la norme

© © Tous droits réservés

16 sept. 2022 à 05:55Temps de lecture1 min
Par Laurent Bruwier

Cette fois c’est officiel, le Roi s’en va. Aucun champion n’est éternel. L’annonce faite par Roger Federer ce 15 septembre l’a confirmé. Peut-être aura-t-elle pris de cours ses supporters, mais dans le milieu beaucoup l’attendaient. A Bâle, chez lui en décembre ? Après un dernier essai à l’Australian en janvier ? Non finalement ce sera après sa "Rod Laver Cup". On peut se demander si le champion suisse n’a pas voulu fuir les questions que ses prestations sur le terrain auraient fait naître. Son corps n’en veut plus. Son corps n’en peut plus.

A 41 ans, l’esthète helvète tire sa révérence. Car s’il fallait résumer Roger Federer on pourrait écrire qu’il représente l’élégance absolue. Une description que Christophe Rochus avait synthétisée en une phrase : " Quand il joue, tu as l’impression qu’il danse sur le court là où les autres doivent s’arracher ". Et c’est vrai qu'on se demande si chaque photo de Federer en mouvement n’est pas une mise en scène tant la perfection du geste transpire sur chaque cliché. Federer c’est le talent, la fluidité et l’élégance mariés au charisme et la popularité.

L’exceptionnel était la norme

Au diable les records et les chiffres pour tenter de départager Nadal, Federer ou Djokovic pour le titre de plus grand de tous les temps. Chacun a marqué l’histoire. Le tennis du 21e siècle n’est pas une affaire de chiffres, c’est plus que ça.

La Suisse n’a pas attendu Roger Federer pour occuper une place sur la carte du monde tennistique. Hingis, Hlasek ou Rosset s’en étaient chargés mais avec Federer, elle a fait son entrée parmi les nations mères des géants. Federer appartient à l’histoire du sport comme Mohamed Ali ou Eddy Merckx. Avec lui, l’exceptionnel est devenu la norme. Roger Federer, c’est le magicien qui nous a fait croire en l’observant que chaque coup du tennis était facile, comme si tout était inné.

Le 2 juillet 2001 quand dans le temple de Wimbledon, le jeune Federer a fait chuter le grand Pete Sampras sur son gazon, personne n’imaginait assister à la naissance d’une légende. Aujourd’hui le Roi s’en va, charge désormais à Alcaraz et consorts d’assurer la relève. L’héritage sera lourd à assumer. La couronne difficile à porter.

Articles recommandés pour vous