RTBFPasser au contenu

Rock This Town : Londres

Rock This Town : Londres
08 juil. 2020 à 22:0010 min
Par Laurent Rieppi - Jean-Philippe Lejeune - Francis Delvaux

Dans la seconde moitié des années 50, alors que les adolescents américains se trémoussent et se pâment au son et à la vue des pionniers du rock’n’roll (Buddy Holly, Elvis Presley, Eddie Cochran, Chuck Berry, Jerry Lee Lewis et Little Richard en tête), l’Angleterre commence à suivre timidement le mouvement.

Le skiffle

On assiste aux débuts de Billy Fury, Tommy Steel, The Shadows, et du toujours présent à cette époque : le skiffle, la musique des jug bands noirs américains. Un mélange de blues, de jazz, de ragtime et de country, le tout mis à la sauce anglaise.

The Best of Billy Fury

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Tommy Steele - Teenage Party.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Cliff Richard & The Shadows - Move It (The Cliff Richard Show, 19.03.1960)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Et le roi du skiffle en Angleterre c’était Lonnie Donegan, première pop star, avant même l’existence du terme. Tous les gamins qui, un peu plus tard, au début des années 60, ont écrit les premières pages du pop rock anglais ont appris à jouer de la guitare sur les chansons de Lonnie Donegan.

Lonnie Donegan - "The Grand Coulee Dam" - "live" - '57

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Lonnie Donegan - Puttin On The Style (1957)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

C’est ainsi que le 6 juillet 1957 le titre de Donegan ''Puttin’on the style'' est n°1 au hit-parade britannique. Il est interprété par le groupe The Quarrymen lors d’une fête paroissiale à Liverpool. Au chant, un certain John Lennon, 16 ans. Dans le public, un certain Paul McCartney, 15 ans. Un ami commun fait les présentations. L’histoire des Beatles peut commencer…

The Quarry Men - Puttin' on the Style - Baby let's play house - 6/7/1957 - The Day Paul Met John

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Fini le skiffle, tout va changer à Londres, même le tea time !

Les Beatles arrivent dans la City. Ils quittent Liverpool durant l’été 1963, et leur première résidence londonienne est l’hôtel President Russell Square dans Bloomsburry. A l’automne de la même année, ils s’installent dans un appartement situé près de Hyde Park, au 57 Green Street. C’est la seule véritable maison familiale occupée en même temps par les Fab Four au cours de toute leur vie. Le premier à la quitter est John Lennon pour s’installer au 13 Emperors Gate Brompton avec son épouse Cynthia et leur fils Julian. Les 4 de Liverpool ont souvent changé de lieux de résidence et la visite de ces différents endroits, dans, autour de Londres, et plus tard dans la campagne anglaise, doit constituer un fort joli circuit touristique. Finalement c’est Paul McCartney qui est resté londonien le plus longtemps. Certains de ces lieux ont une importance historique ou anecdotique plus élevée que d’autres. Par exemple la chambre que Paul a occupée sur Wimpole Street, dans la maison familiale de sa petite amie, l’actrice Jane Asher : John et Paul y ont écrit plusieurs chansons dont ''I want to hold your hand''. Ou encore l’appartement que Ringo a loué pendant plusieurs années au Montagu Square, qu’il a prêté tout un temps à Jimi Hendrix et aussi à John et Yoko en 1968. C’est là qu’ils ont été perquisitionnés pour détention de drogue.

The Beatles - I Want To Hold Your Hand - Performed Live On The Ed Sullivan Show 2/9/64

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

The Beatles: Manchester Sq & More.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Londres connaît une animation nocturne très intense et beaucoup de ses clubs sont des musts. Une enquête publiée par DJ Magazine en 2006, et réalisée auprès de 600 DJ internationaux, a ainsi établi que la ville abritait 3 des meilleurs night-clubs au monde : le Fabric, The End et le Turnmills. Ce dernier, situé au coin de Turnmill Street et Clerkenwell Road, a été le premier à obtenir une licence lui permettant d’ouvrir 24 heures sur 24. Parmi les célébrités à y prendre leurs habitudes, on peut citer Pete Doherty, l’enfant terrible, très assidu, d’autant qu’il enregistre dans les studios de la discothèque. Chaque vendredi soir le Turnmills est un haut lieu de la house et de la techno.

Au cours de l’histoire du rock, à Londres comme dans toutes les villes importantes, certains clubs, à l’évidence très différents de ceux que je viens de citer, sont devenus mythiques suite à la réussite et la gloire d’artistes qui y ont fait leurs premiers pas, en groupe ou en solo. C’est le cas du Marquee Club. A l’origine situé au 165 Oxford Street, dans le quartier chaud de Soho, le Marquee était le siège de la Fédération Nationale de Jazz, organisatrice du Festival National de Jazz et de Blues, rebaptisé plus tard le Reading Festival.

The Faces The Marquee Club, London 7th December 1970.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

The Rolling Stones - Midnight Rambler [Live] HD Marquee Club 1971 NEW

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

JIMI HENDRIX Live at The Marquee Club

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le groupe attitré du club était le Blues Incorporated, d’Alexis Korner, pionnier du blues en Angleterre. Leur album ''R&B from the Marquee'' fut déterminant pour les jeunes musiciens hésitant entre blues et rock. En 1962, Alexis Korner proposa à un groupe débutant de jouer 1 concert par semaine au club. C’est ainsi que le 12 juillet 62 les Rolling Stones firent leurs débuts officiels au Marquee Club. Sur scène ce soir-là se trouvaient Brian Jones, Mick Jagger, Keith Richards, Bill Wyman, renforcés de Ian Stewart au piano et de Tony Chapman à la batterie. Quelques semaines plus tard, Charlie Watts, batteur d’Alexis Korner, quittera son groupe pour rejoindre les Stones.

Le Marquee a déménagé une première fois en mars 1964 au 90 Wardour Street. Les Yardbirds ont assuré le concert de réouverture et y ont enregistré ''Five Live Yardbirds''. David Bowie, YES, Pink Floyd, pour n’en citer que quelques-uns, ont également connu la scène du Marquee Club, avant de bien plus grandes. Quant aux Rolling Stones, en froid avec le Marquee suite à une bagarre entre Keith Richards et Harold Pendleton, le directeur, ils enflammèrent ensuite le public du Flamingo et du Crawdaddy, petit club dans lequel ils reçurent la visite des Beatles et de leur futur manager, Andrew Oldham. Oldham avait travaillé quelque temps pour Brian Epstein, manager lui de John, Paul, George et Ringo.

Smokestack Lightning (Live @ Marquee Club)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

David Bowie Time Live Marquee Club 1973

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

The Rolling Stones,Crawdaddy live

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les studios d’Abbey Road

En 1931, la firme de disques EMI a ouvert 4 studios d’enregistrement dans l’immeuble portant le n°3 sur Abbey Road. Les premiers clients furent l’orchestre symphonique de Londres, la chanteuse Gracie Field et d’autres artistes de variété. Et, lors de l’une de ses tournées européennes, l’orchestre de Glenn Miller utilisa également ces studios qui connurent un nouvel essor. Le fait que les Beatles eux-mêmes y travaillent entre 1962 et 1970 a évidemment rendu ces studios plus attractifs encore auprès des artistes et producteurs. L’endroit était connu sous la simple appellation "Les studios EMI" jusqu’en 1969, année au cours de laquelle on le rebaptisa "Abbey Road" suite à la sortie de l’album du même nom.

The Beatles at Abbey Rd Studio in 1968

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Paul McCartney: Chaos and Creation At Abbey Road

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

''Abbey Road'' c’est l’avant-dernier album des Beatles. Un disque qui a fait couler beaucoup d’encre, ou plus précisément la photo qui illustre sa pochette. On y voit les Beatles traversant la rue en file indienne, Lennon devant, sur un passage pour piétons à quelques mètres des studios. Cette photo a été sujette à de nombreuses interprétations différentes, et certains fans, à l’imagination débordante, ont avancé des thèses toutes plus farfelues les unes que les autres. En tout cas l’endroit appartient depuis lors à la mythologie des Beatles et ce passage pour piétons d’Abbey Road est sans nul doute, à Londres, un des plus traversé par les touristes qui aiment s’y faire photographier. La technologie de ces studios a évolué en fonction des besoins des Beatles, toujours à la recherche de nouvelles sonorités. Du simple 2 pistes des débuts, on est passé à 4 pour l’enregistrement de ''Sergent Pepper’s Lonely Hearts Club Band'', ensuite à 8 et plus dès 1968. George Harrison et Paul McCartney ont continué à y enregistrer en solo après la séparation des Beatles, qui ont donc contribué, par leur créativité et leurs recherches sonores, à rendre Abbey Road plus performant.

The Beatles - Abbey Road Medley "Restored" Version

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

The Beatles Sgt Peppers Lonely Hearts Club Band (Official Music Video)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

The Beatles - Don't Let Me Down

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Tout profit pour des artistes comme Kate Bush, un exemple parmi d’autres, et surtout pour Pink Floyd, dont le nom fut, avec celui des Beatles, le plus associé aux studios. Sorti en 1973, ''Dark Side of the Moon'' a été réalisé à Abbey Road en une dizaine de mois de travail. Sa production a bouleversé les techniques d’enregistrement de l’époque, ce qui est dû, en grande partie, au génie de l’ingénieur du son Alan Parsons, d’ailleurs élu le meilleur de l’année en Angleterre. Alan Parsons produira ensuite, avec le manager Eric Woolfson, des musiciens du studio et des chanteurs invités, des albums concepts sous le nom de ''The Alan Parsons Project''.

Kate Bush abbey road 50th cake.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Pink Floyd - The Dark Side of the Moon Recording Sessions [Abbey Road Sessions - 1972]

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Alan Parsons – First Reaction to the Abbey Road Studio 3 Plugin

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

En 2012, suite à la disparition d’EMI, l’avenir du studio semble en danger, mais il tient le coup. Racheté notamment par Universal, l’âme d’EMI est heureusement toujours présente et le studio continue aujourd’hui à enregistrer de très nombreux anciens groupes comme de nouvelles formations venant réaliser leur rêve en travaillant dans ce lieu mythique.

En 2015 l’Abbey Road Institute voit le jour. Ecoles de formations à la production musique et à l’art de l’enregistrement, on en retrouve aujourd’hui des sections à Londres bien entendu, mais aussi à Berlin, Amsterdam, Francfort, Melbourne ou encore Paris.

Study Music Production at Abbey Road Institute London

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le mouvement Punk et les Sex Pistols

Au départ une femme, créatrice de mode, Vivienne Westwood, et son compagnon de l’époque, Malcolm McLaren. Et, autre élément important, le magasin de vêtements qu’ils ont ouvert en 1971 sur Kings Road. McLaren a séjourné plusieurs fois aux Etats-Unis. Il est le dernier manager des New-York Dolls, relookés par Westwood. L’enseigne de la boutique était à l’origine ''Let it Rock'' puis ''Too fast to live, too young to die'' pour devenir finalement tout simplement ''Sex''. On y trouve les créations de Vivienne Westwood, toute sorte de tenues de style sadomaso, des t-shirts déchirés raccommodés d’épingles à nourrice, imprimés de messages provocateurs et des tas d’accessoires : bracelets de force, chaînes, bottes de combat ou encore les célèbres Doc Martens. Le magasin fait évidemment tâche dans le chic et bon genre très british de Kings Road. D’autant plus qu’il attire très vite toute une faune punk, parmi lesquelles Siouxsie, Billy Idol, Cat Woman et Steve Jones, futur guitariste des Sex Pistols.

Short Stories: PUNK, Vivienne and Malcolm | THE BENCHMARK

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Siouxsie & The Banshees - Make Up To Break Up / Metal Postcard - 30/10/77 - Elizabethan Suite

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Generation X - Your Generation (1977)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Parmi les vendeuses, il y a Chrissie Hynde que l’on retrouvera plus tard avec les Pretenders, et aussi Jordan, une starlette punk qui deviendra, elle, manager d’Adam and the Ants. Malcolm McLaren cherche à cette époque un chanteur pour le groupe qu’il essaie de former. Et la légende punk veut que, voyant entrer dans la boutique un jeune type aux cheveux teints en vert, aux dents pourries et portant un t-shirt avec l’inscription ''I hate Pink Floyd'' (je hais Pink Floyd), il ait immédiatement décidé qu’il serait ce chanteur. Il s’appelle John Lydon. Et, en raison de sa dentition, McLaren le rebaptise Johnny Rotten, ce qui signifie 'pourri'.

Pretenders - Don't Get Me Wrong (1986) (Official Video)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Adam & The Ants - Stand And Deliver (Video)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sex Pistols - God Save The Queen

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La première sortie officielle des Sex Pistols a lieu en novembre 1975, au Collège d’art St Martins, et provoque un vent de folie qui ne retombera pas pendant 3 ans. En 1976 ils jouent ''Nashville Rooms'' au Marquee Club où ils sont interdits, après avoir démoli le matériel prêté par Eddie and the Hot Rods. Et en septembre de cette même année, ils sont les vedettes du festival du club One Hundred, où se produisent aussi Clash, Damned, Siouxsie and the Banshees, Buzzcocks et d’autres groupes dont le français Stinky Toys. Mais, de tous ceux-là, et de ceux qui suivront, les Sex Pistols resteront le groupe le plus nihiliste, le plus radical, violent et destructeur de cette dernière révolution blanche du rock qu’a été le punk.

Stop 6 The Sex Pistols Saint Martins College

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

The Clash - London Calling (Official Video)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

The Damned - New Rose

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Hard Rock Café et balade à Hyde Park

Il y a, aujourd’hui, dans le monde plus de 120 Hard Rock Cafés répartis dans une quarantaine de pays. C’est à Londres que le tout premier a ouvert ses portes de 14 juillet 1971, concrétisation d’une idée de génie d’Isaac Tigrett et Peter Morton. La formule a séduit immédiatement et le Hard Rock Café est devenu un classique au lendemain de son ouverture. Tigrett et Morton ont alors essaimé, créant de nouveaux établissements, chacun de leur côté, sur les différents continents avant de céder leur affaire. La collection de souvenirs de l’histoire du rock consiste en plus de 60.000 pièces mises en rotation de café en café. Elle comprend des guitares, et d’autres instruments, des costumes, des posters, affiches, des couvertures d’albums, des disques d’or et de platine, des photos, des partitions, etc. et elle s’enrichit pratiquement tous les jours.

Les Hard Rock Cafés proposent une cuisine américaine classique sur fond de rock’n’roll omniprésent. Dans leur projet initial, Tigrett et Morton avaient introduit 2 notions idéologiques et philosophiques que doivent toujours respecter tous les cafés. Le slogan est le même pour tous : Save the planet (Sauvez la planète). Et la philosophie de l’accueil c’est l’égalité. Tout le monde est égal, quel que soit son âge, sa race, son sexe, sa classe sociale et son choix musical : Love all, serve all – Aimer tout le monde, servir tout le monde.

Hard Rock Cafe & The Hard Rock Vault, Londons Premier Rock N Roll Eatery and Rock Memorobillia Venue

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Deep Purple Hard Rock Cafe London Live October 11, 2005

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Et puis impossible de parler de Londres sans évoquer certaines des plus célèbres formations qui y ont vu le jour. Outre les Beatles, dont a parlé précédemment, il y a aussi les Kinks, le groupe des frères Davies qui s’est formé dans le quartier de Muswell Hill dans le nord de Londres. Elevé en famille dans les pubs du quartier, les jeunes Davies feront leurs premières armes artistiques sur les petites saynètes de ces pubs avant de former les Kinks.

The Kinks Waterloo Sunset London Songs at the BBC

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ray Davies - London Song

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ray Davies "Lola" Hyde Park London 12 July 2013

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans le quartier de Kensington, on peut y retrouver les traces de Freddie Mercury et du groupe Queen. Mercury et le batteur Roger Taylor y tenaient, avant de former le groupe, un étal sur le marché de Kensington où ils vendaient des vêtements. Bien plus tard, Mercury achètera une magnifique demeure à Kensington, qu’on connaît aujourd’hui sous le nom de ''Garden Lodge'', c’est là-bas qu’il disparaîtra le 24 novembre 1991 des suites du Sida.

Freddie's house video

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

1. Bohemian Rhapsody (Freddie Mercury In London: 7/10/1979) [Filmed Event]

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Making Freddie Mercury's London Blue Plaque [with Queen footage]

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans les plus londoniens de nos artistes 'rock' favoris, citons aussi Damon Albarn et son groupe Blur mais aussi le guitariste de Led Zeppelin, né à Londres et qui, avant de connaître le succès avec son groupe, enregistrera des centaines de sessions guitare dans les studios londoniens pour d’autres artistes tels que les Kinks, les Rolling Stones, Marianne Faithfull…

Blur- Live at Hyde Park 2012 (Full Concert)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Led Zeppelin - Kashmir (Live from Celebration Day) (Official Video)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Marianne Faithfull - Give My Love To London - Long EPK

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Et puis, des groupes comme Placebo ou encore Bloc Party verront le jour dans la capitale britannique.

Placebo - Live in London 1998 (TV Set)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Bloc Party - Banquet - So Here We Are - Live Earth, London 2007 HD

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Nous ne quitterons pas Londres sans faire une balade à Hyde Park, un des plus grands espaces verts de la ville. Depuis toujours, une de ses particularités c’est le 'speaker’s corner'. Ce coin de gazon sur lequel tout individu peut venir s’exprimer librement sur le sujet qu’il affectionne, devant ceux qui veulent bien l’écouter. On y est applaudi ou agoni d’injures. Hyde Park est aussi connu pour l’organisation de concerts rock durant la période estivale. Un des plus événementiels reste celui que les Rolling Stones y ont donné 5 juillet 1969. Trois jours auparavant, dans la nuit du 2 juillet, Brian Jones était découvert mort dans sa piscine, et il n’était plus un Rolling Stone depuis la fin du mois de mai. Mick Jagger et Keith Richards, accompagnés du plus diplomate et modéré Charlie Watts, étaient venus lui signifier leur volonté de se séparer de lui. La rencontre avait eu lieu à Kotf Mod Farm, la propriété que Brian Jones venait d’acquérir, et dont l’ancien propriétaire était le créateur du personnage, sujet de livres et de dessins animés pour enfants, Winnie l’Ourson. Dans l’embarras, les Stones ont hésité à annuler ce concert gratuit. C’est Charlie Watts qui proposa la solution : jouer et faire de ce concert un hommage à Brian. Ce qui fut fait devant 250.000 personnes, d’après l’estimation de la police. Les concerts de Clapton, Pink Floyd, Bon Jovi, Who, Queen, Red Hot Chili Peppers, Foo Fighters, ni même le Live Aid n’ont attiré autant de monde à Hyde Park.

Rolling Stones - Honky Tonk Women (Hyde Park, 1969)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Eric Clapton - I Shot the Sheriff - Hyde Park (Live)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Paul McCartney / George Michael - Drive My Car (Live 8 2005)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement