Regions Namur

Rochefort : deux listes face au rouleau compresseur de la liste unique MR-PS

Rochefort

© image libre de droits

14 oct. 2017 à 11:32 - mise à jour 14 oct. 2017 à 11:32Temps de lecture2 min
Par Anaïs Stas et Hugues Van Peel

Il y a presque an, en octobre 2017, le PS et le MR créaient la surprise à Rochefort. Les deux principales forces politiques de la commune annonçaient la création d’une liste commune.  

Une surprise d’autant plus grande que la tête de liste est occupée par Pierre-Yves Dermagne, premier échevin et chef de groupe PS au Parlement wallon, alors que le parti socialiste est minoritaire au sein de l’actuelle coalition. François Bellot (MR), bourgmestre en titre, et ministre fédéral de la Mobilité, ferme la marche. L’actuelle bourgmestre MR faisant fonction, Corine Mullens, se retrouve à la deuxième place. 

Cette liste commune a été amèrement accueillie par l’opposition qui dénonce “une stratégie de confiscation du pouvoir”.  

Du côté des intéressés, Pierre-Yves Dermagne déclarait dès en octobre 2017 : "Nous l’avons fait dans un souci de transparence et de vérité vis-à-vis de la population rochefortoise. Je pense que les gens en ont assez des accords politiques négociés en coulisse, en secret, et qui sont dévoilés le soir de l’élection. Ici, les gens sauront qu’on a envie de continuer à travailler ensemble". Cette volonté de travailler ensemble semble coulée dans le béton pour encore un moment si l'on se réfère au nom de cette liste commune PS-MR “CAP 2030”. 

Deux listes pour défier les poids lourds du MR-PS 

En réaction à l’annonce de la liste commune PS-MR s’est créée l’UCPR pour “L'Union Citoyenne Pour Rochefort”. Une liste d’ouverture emmenée par Etienne de Meester, cadre retraité de chez Lhoist et néophyte en politique, et qui rassemble également des élus comme Thierry Lavis, Laurent Libotte ou encore Jean-Marie Hénin. 

Ecolo propose la seule liste de la commune étiquetée d’un parti politique. Il propose 22 noms emmenés par l’enseignante et Rochefortoise Françoise Lebeau.

Difficile comparaison avec Marche-en-Famenne  

Dans les grands défis à relever, on peut noter, la mobilité avec la redynamisation du centre-ville et du zoning industriel, avec le fameux contournement indéfiniment dans les cartons. 

Autant le centre-ville que le zoning souffrent de la comparaison avec Marche, le dynamique voisin de la Famenne. Autre défi communal : l’alimentation en eau. Rochefort gère son propre réseau de distribution qui bénéficie de l’eau de la source de la Tridaine. Elle alimente une grande partie de la ville et l’abbaye qui l’utilise pour fabriquer sa célèbre trappiste. Une source qui souffre des sécheresses de ces dernières années et qui se retrouve également au cœur d’une longue bataille juridique qui oppose les moines trappistes et le groupe carrier Lhoist. 

Elections communales : listes des partis sans sigles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous