RTBFPasser au contenu

Diables Rouges

Roberto Martinez avant France – Belgique : "On est plus fort qu’en 2018… tout comme la France"

Roberto Martinez sur le terrain de Tubize en préparation de la Nations League.
06 oct. 2021 à 18:542 min
Par Alice Devilez avec Manuel Jous

Roberto Martinez s’est présenté en conférence de presse ce mercredi à la veille de Belgique-France. Le sélectionneur des Diables est confiant mais pas trop avant de retrouver nos voisins français.


►►► À lire aussi : Diables Rouges, la diagonale de Manuel Jous : la Ligue des Nations pour couronner la génération "d'orée" ?

►►► À lire aussi : Belgique-France : les cinq derbies qui ont marqué l’Histoire

►►► À lire aussi : Arthur Theate intègre la sélection pour le Final Four pour "remplacer" Thorgan Hazard


Tout de suite dans le vif du sujet, Martinez est optimiste quant aux forces en présence. Pour lui, le groupe est plus fort que celui de 2018 : "Je crois qu’on est plus fort parce qu’on a plus de joueurs, un noyau plus large. Puis avec le temps on a pu développer la synchronisation entre les joueurs, comme en club. Les joueurs se comprennent mieux maintenant. Il y a aussi forcément plus d’expérience dans ce groupe donc je pense qu’on est plus fort".
Et qui de la France ? "On peut dire pareil de nos adversaires. Il y a même peut-être une plus grande différence parce qu’il y a plus de nouveaux jeunes et surtout le retour de Karim Benzema. Kylian Mbappe a bien grandi, Griezmann et Pogba sont tops. Je suis convaincu que Didier Deschamps pense la même chose concernant son groupe, la France est meilleure qu’en 2018".
 
​Les Diables n’étaient pas parvenus à trouver le chemin des filets en demi-finale en 2018, comment faire pour ne pas que cela se reproduise ? "C’est le grand challenge. Il faut être nous-mêmes, rester offensifs. On marque presque à chaque match. Il faut le faire contre la France aussi. Et surtout faire attention à ne pas perdre la balle sinon ils sont vraiment redoutables".
 
En 2018, la France avait surpris avec son style défensif. À quoi peut-on s’attendre jeudi ? "On verra demain que les 2 équipes veulent bien défendre avant tout, mais qu’ensuite il faut une performance complète pour s’imposer. L’expérience de la Coupe du Monde 2018 et de l’Euro 2020 doit nous aider. En 2018, la France avait ce savoir-faire pour réagir après la finale perdue en 2016. Nous ne l’avions pas. Maintenant je pense que si".
Romelu Lukaku pourrait être l’un des éléments déterminant face à la France. Comment en tirer le meilleur ? "Il a des qualités terribles. C’est un buteur incroyable, ses statistiques sont dingues. C’est sa force. Il faut le mettre en position de marquer. J’ai commencé à bosser avec lui quand il avait 19 ans. Je l’ai vu évoluer. Il a tout : puissance, vitesse, combinaisons, profondeur, doué dos au but. Et l’Inter lui a donné de la maturité en plus de tout ça".
 
Pourquoi avoir choisi de reprendre Arthur Theate plutôt qu’un autre ? ​"Thomas Vermaelen est bloqué au Japon. Zinho Vanheusden n’est pas fit. C’était l’occasion de bosser avec Theate. Son départ en Italie (Bologne) l’a aidé. En plus il a marqué et délivré un assist ce week-end. Il est gaucher en plus. Pouvoir venir ici avec nous va lui donner une expérience de dingue".