RTBFPasser au contenu

Belgique

Risque de blackout: un plan de délestage illégal favorisant la Flandre?

Risque de blackout: un plan de délestage illégal favorisant la Flandre?
08 sept. 2014 à 03:30 - mise à jour 08 sept. 2014 à 18:313 min
Par Belga News

Le plan de délestage présenté la semaine dernière par le ministre de l'Intérieur Melchior Wathelet (cdH) a été élaboré par Elia sur la base des contraintes techniques du réseau et de l'arrêté ministériel du 03 juin 2005, a rappelé Catherine Fonck (cdH) à l'agence Belga. "Le résultat du travail d'Elia suscite un certain nombre de questions en termes d'équilibre entre les Régions dans la répartition de l'effort demandé", a estimé Catherine Fonck à la suite de la publication d'un article de presse.

La carte illustrant les cabines de distribution susceptibles d'être déconnectées en cas de grand froid cet hiver avait fait bondir Damien Ernst, professeur en électromécanique à l'ULg. Selon lui, "72% des postes wallons pourraient être coupés, contre 38% en Flandre".

Au micro de la RTBF, le professeur explique que le Wallon sera deux fois plus exposé au blackout que le Flamand et donc, en moyenne, à deux fois plus de minutes de délestage. Or, selon lui, la Wallonie n’utilise pas moins d’énergie que la Flandre. "Si l’on compare les Brabant flamand et wallon qui ont la même structure socio-économique, on constate que le Brabant wallon sera deux fois plus coupé avec ce plan de délestage. Le délestage devrait être proportionnel à la consommation puisque l’on paie un prix au niveau du réseau de transmission qui est géré par Elia. Je pense qu’Elia et le gouvernement fédéral doivent s’expliquer rapidement sur ce sujet." Et notamment sur la méthodologie retenue. "Si ce que je suspecte est vérifié, il faudra rectifier le tir car le déséquilibre est trop important", souligne-t-il.

Écoutez son interview:

Explications demandées à Elia

Paul Furlan, ministre wallon de l'Energie, a déjà réagi en rappelant que le délestage en cas de surconsommation électrique est une compétence fédérale. "Nous n’avons pas du tout été associés à la réunion qui a établi ce plan de délestage et on peut le regretter. Ce plan serait basé sur des critères de densité de population et on peut le comprendre, mais j’ai pris contact avec Elia à propos de cette possibilité de discrimination. Je ne veux pas créer de problème communautaire où il n’y en a pas mais, le cas échéant je saisirai le comité de concertation."

Catherine Fonck a de son côté demandé à Elia de clarifier la manière dont le gestionnaire est arrivé à ce plan et les critères qui, outre ceux prévus par l'arrêté ministériel, ont été appliqués.

Au cabinet de Melchior Wathelet, chargé pour sa part de la gestion de crise en cas de pénurie d'électricité, on soulignait cet héritage du passé et l'importance de ne pas faire de ce dossier un problème communautaire. Avancer un autre équilibre entre régions pourrait par ailleurs s'avérer coûteux en termes d'aménagement voire de changement des cabines électriques.

"Il y a une logique technique", répond Elia

Les différences entre provinces sont-elles à l'origine du traitement différencié? Christian Vandermotten, professeur émérite en géographie économique à l'ULB, explique que, par exemple, le Brabant flamand est plus densément peuplé que le Brabant wallon. En outre, des industries de transport y sont plus nombreuses, en raison de la proximité de l'aéroport national. Regardez à ce propos le sujet du journal de 19 heures.

Délestage électrique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Axelle Pollet, porte parole du gestionnaire de réseau, a affirmé que le plan présenté n'est pas arbitraire. "Le plan de délestage n’a pas été créé cette année, et il est inhérent à la gestion et à la réalité technique du réseau", répond-elle.

"Ce plan de délestage existe depuis 2002, sur base de l'expérience dans le domaine, et a été officialisé en 2005 par un arrêté ministériel", ajoute-t-elle. "Il y a une logique électrique là-derrière. Quand il y a une baisse de tension importante, il faut qu’on le répartisse sur l’ensemble de la Belgique. Il y a 5 zones électriques dans lesquelles on retire une tranche de 100 MegaWatts, dans les zones où on le peut".

La porte parole d'Elia souligne que, lors de l'adoption de l'arrêté ministériel, en 2005, la préoccupation était technique, et non politique. "On pourrait dire, qu'à l’avenir, il faut une réévaluation des critères par rapport à cet arrêté. Mais cela ne peut pas se faire à court terme. Cela demande des analyses et des investissements".

Soupçons d'illégalité

Enfin, si Melchior Wathelet affirme qu'"on ne peut pas être plus équilibré dans la répartition de l'électricité (100 MegaWatts) par zone délestée", ce plan ne respecterait néanmoins pas à la lettre l'arrêté ministériel de 2005 qui prévoit un délestage proportionnel à la consommation dans chacune des zones.

Elia assure qu'il n'y a aucune illégalité compte tenu d'un critère d'urgence prévu par le même arrêté.

Plan de délestage illégal ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

RTBF avec Belga

Articles recommandés pour vous