RTBFPasser au contenu

Cyclisme

Rik Verbrugghe : "Si les championnats du monde sont déplacés en novembre, le parcours doit absolument rester sélectif"

Rik Verbrugghe : "Si les championnats du monde sont déplacés en novembre, le parcours doit absolument rester sélectif"
20 mai 2020 à 07:382 min
Par Rodrigo Beenkens

Rik Verbrugghe, à défaut de Jeux Olympiques, le grand objectif de votre saison de coach national ce sera les championnats du monde en Suisse, favorables à des coureurs de tours, mais des mondiaux sur lesquels plane un énorme point d’interrogation. La fédération belge de cyclisme annonce les championnats nationaux en ligne, en semaine, le mardi en plein milieu de ces championnats du monde. Evenepoel a l’ambition de conquérir le titre mondial du chrono. Est-ce compatible ?

"D’après mes informations, si les championnats du monde sont confirmés en Suisse, à Martigny, le contre-la-montre se déroulerait le dimanche, soit deux jours avant le national. Evenepoel prendrait donc deux tickets aller-retour Belgique-Suisse. Maintenant si la Suisse n’est pas en mesure d’organiser ces épreuves, les mondiaux seraient déplacés en novembre. J’espère évidemment être fixé le plus rapidement possible afin de pouvoir commencer à tout planifier."

Le plan B, ce serait le Moyen-Orient. Si c’est au Qatar, cela changerait tout. Adieu les grimpeurs, bonjour les sprinters.

"Ah non, pas au Qatar ! Maintenant dans des états tels qu’Oman ou les Emirats, il y a des parcours un peu vallonnés. Tout ce que je demande c’est que si les Mondiaux sont déplacés, on conserve une certaine logique, l’esprit initial qui était d’avoir un parcours difficile. On nous présente le circuit de Martigny comme un des plus exigeants de l’histoire. Je suis sûr qu’un plan B ne permettrait pas d’atteindre le même degré de difficulté mais il faut absolument que le nouveau parcours éventuel reste sélectif."

Le championnat de Belgique devrait se dérouler 36 heures après l’arrivée du Tour de France. Même en cas de victoire, un Wout Van Aert ne devra pas trop s’éterniser sur les Champs Elyséees et pas de décompression possible.

"Si on ne sort pas fatigué du Tour de France cela peut être un avantage mais, de la même manière, ceux qui n’auront pas disputé la Grande Boucle disposeront de davantage de fraîcheur. N’oubliez pas que les coureurs vont déborder d’énergie. On a un calendrier fou, exceptionnel avec toutes les grandes courses concentrées en trois mois. C’est quelque chose de très particulier. C’est du jamais vu. Les coureurs ne vont pas devoir commencer à planifier, à gérer les plages de récupération. Tout va s’enchaîner et, une fois qu’on a la condition, on va pouvoir la garder jusqu’en fin de saison. Il ne faudra pas calculer mais se donner à 100%."

Articles recommandés pour vous