Rick Wakeman parle des claviers Moog

Rick Wakeman parle des claviers Moog
10 mai 2019 à 12:34Temps de lecture1 min
Par Florian Masut

Rick Wakeman apparaîtra dans « Electronic Voyager », un documentaire sur la vie de Robert Moog produit par la compagnie Waveshaper Media. Dans ce film, Michelle Moog-Koussa retracera la carrière et la vie de l’inventeur, depuis sa naissance dans le Queens, à New York, jusqu’à ses derniers jours à Asheville, en Caroline du Nord. Les réalisateurs ont interviewé de nombreux musiciens dans le cadre de ce projet, dont Jean-Michel Jarre, Gary Numan et évidemment l’ancien claviériste de Yes.

« Le Minimoog sera toujours mon clavier préféré » avoue Wakeman. « Je ne pourrais pas vivre sans. »

Dans cette séquence, Michelle Moog-Koussa visite Rick Wakeman à Norfolk, en Angleterre, où l’artiste entrepose tout le matériel qu’il a utilisé dans sa carrière – dont 9 Minimoogs. Le claviériste a reçu le premier de l’acteur Jack Wild, ce dernier pensant que son instrument monophonique était cassé parce qu’il ne jouait qu’un seul son à la fois… Avec le succès de Yes, Wakeman a pu acheter de plus en plus de claviers.

« 'Fragile' a connu un énorme succès à l’époque, j’ai pu acheter deux Minimoogs » explique-t-il. « De la même manière que certains collectionnent des voitures ou des timbres, moi je collectionne des Minimoogs. »

« Pendant des années, les claviéristes ont souffert » poursuit-il. « Puis Robert Moog est arrivé avec ses synthétiseurs. Les guitaristes l’ont détesté ! Nous pouvions enfin jouer aussi fort qu’eux. Moog a donné aux claviéristes la possibilité de s’exprimer et d’être entendus. »

Sur le même sujet

Klaus Schulze (Tangerine Dream) est mort

Journal du Rock

Articles recommandés pour vous