RTBFPasser au contenu

La Prem1ère - Matin

Revue de presse : le jogging-pantoufles fait son come-back avec le retour du télétravail

La Revue de presse d'Estelle Falzone

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

16 nov. 2021 à 09:092 min
Par La revue de presse d'Estelle Falzone

Dans la presse, sans surprise, on parle majoritairement du comité de concertation.

 

Comme un petit air de déjà-vu

Le Premier ministre et les principaux ministres du gouvernement se sont réunis hier soir pour préparer le CODECO de demain.

Du coup, chaque quotidien développe sa petite mesure. Alors, cette fois, ça y est : les soignants qui refusent de se faire vacciner, c’est "buiten" explique le Soir.

A partir du 1er janvier, ils auront 3 mois pour obtempérer pendant ces trois mois, ils devront se faire tester régulièrement en cas de refus, chômage temporaire.

Et c’est toujours non trois plus tard, les autorités pourront licencier le travailleur dès le premier avril.

 

Le télétravail redevient obligatoire

Au moins jusqu’après les vacances de Noël, pas toute la semaine, mais trois ou quatre jours c’est le comité qui tranchera. C’est la mesure développée dans De Tijd.

Une mesure qui n’enchante ni les employés ni les employeurs, lit-on dans Het Laatste Nieuws.

Pas facile de revenir au jogging-pantoufles quand tout le monde avait renouvelé sa garde-robe de travail. Pas facile surtout pour la santé mentale.

Mais de toute façon, c’est ça ou fermer. Et ça, le gouvernement veut l’éviter à tout prix.

 

La mesure du Morgen, c’est le masque pour les enfants à partir de 9 ans, peut-être 12 ans. Surprise, cela ne fait pas l’unanimité au sein du gouvernement ni même parmi les experts. Faire payer le prix des bêtises des grands aux plus petits, cela ne réjouit absolument personne.

 

 

Les non-vaccinés sont dans le collimateur

La presse revient sur le covid safe ticket, plus si safe que cela.

Danser coller-serrer sans autre protection que le CST, ce n’est déjà plus suffisant.

C’est De Standaard qui développe. La vie nocturne est au menu du CODECO. Pas de fermeture en vue, pas encore, mais des tests rapides à l’entrée des boîtes de nuit. Même si l’on est vacciné, un test PCR pour les non-vaccinés, explique La Libre.

On le sent, les non-vaccinés sont dans le collimateur.

Du coup est-ce qu’on n’envisagerait pas la vaccination obligatoire ? Lit-on dans Sudpresse enfin si tous les acteurs politiques se mettent d’accord, si la population est motivée, si la loi le permet, si les vaccins bénéficient d’une autorisation de mise sur le marché définitive.

Autant de si qui pourrait mener à une obligation vaccinale contre le covid en 2023. Comme c’est envisagé en Italie par exemple, explique De Standaard. Un chouïa trop tard pour freiner la 4e vague, on doit bien le dire.

Les gestes barrières trop vite oubliés ?

Dans l’Avenir, on se demande pourquoi la population relâche les gestes barrières.

Parce que le vaccin donne un faux sentiment de sécurité, parce que les règles changent tout le temps, parce qu’on ne comprend plus la limite entre ce qui est safe et ce qui ne l’est pas.

Et aussi parce que ne toucher personne est de plus en plus difficile et plus seulement pour les célibataires. C’est un danger pour la santé mentale, alors pourquoi ne pas se focaliser sur des gestes barrières moins coûteux ? Propose l’Avenir comme se laver les mains et ouvrir les fenêtres.

La Belgique n’est d’ailleurs pas la seule à faire face à une nouvelle vague.

Non, toute l’Europe centrale, de l’Est et du Nord est dans la même galère. Mais pourquoi ? Se demande le Figaro, la météo il fait de plus en plus froid, on se rassemble à l’intérieur, on se serre les uns aux autres, vin chaud à la main et le covid adore ça.

Bon, il n’y a pas que la météo bien sûr, la couverture vaccinale est un facteur majeur et les mesures sanitaires en place également. Chaque pays traite l’épidémie différemment, les trois solutions avancées par les experts dans le Figaro : le vaccin, le masque, les gestes barrières.

Mais ça, on le sait, on en déjà fait les frais en espérant ne pas devoir copier-coller cette chronique pour novembre 2022.

Sur le même sujet

24 déc. 2021 à 11:35
3 min
17 nov. 2021 à 18:17
1 min

Articles recommandés pour vous