Matin Première

Revue de presse : doit-on la performance belge aux Jeux Olympiques aux finances de la Flandre ?

09 août 2021 à 07:38Temps de lecture3 min
Par La revue de presse de Benjamin Verpoorten

Les éditorialistes reviennent sur les Jeux olympiques qui se sont clôturés hier et ils sont plusieurs à saluer l’événement.

Retour sur "nos Jeux"

C’est le cas du Soir, pour qui Tokyo, c’était la magie envers et contre tout car malgré le covid, malgré l’absence de public.

Ces Jeux olympiques se sont tenus et ils étaient grands au niveau sportif dit le Soir.

Ce furent même "nos Jeux". Le Soir évoque là nos 7 médailles, un moment historique.

De Jeux olympiques grandioses sportivement, mais aussi humainement poursuit le Soir.

On a parlé d’égalité homme-femme. Il y avait autant d’athlètes masculins que féminins. On a aussi mis en avant de la santé mentale des athlètes.

Des athlètes parmi lesquels il y avait des personnes transgenres, c’est une première. Les droits des LGBTQ ont également été mis en avant.

Le Soir semble conquis, même s’il le reconnaît :

Ces Jeux olympiques ont survécu aussi et surtout parce que les enjeux économiques étaient énormes.

Des Jeux olympiques marqués par l’émotion

C’est le côté humain qui est particulièrement mis en avant dans le Belang Van Limburg.

C’est même l’émotion qui est mise en avant, l’émotion de la marathonienne Mieke Gorissen.

Pas de médailles pour cette enseignante, mais une 28e place, un résultat inespéré, inattendu.

"Dat kan niet", ce n’est pas possible a-t-elle dit en larmes lorsqu’elle a appris son résultat.

Un moment marquant selon le quotidien flamand.

L’important c’est de participer disait Pierre de Coubertin et pour le quotidien, cette athlète belge l’a bien compris, c’est ça aussi les JO.

 

Cultiver la performance, pas la pression

L’Avenir lui, retient deux athlètes : Simone Biles et Nafissatou Thiam.

Deux athlètes qui ont mis en avant la pression que subissent les athlètes et les conséquences sur leur santé.

Deux athlètes qui ont tout simplement mis en lumière les failles du sport professionnel de très haut niveau.

Nafissatou Thiam, dit le quotidien, a clairement indiqué souffrir psychologiquement de cette pression, une prise de parole qui doit conscientiser dit l’Avenir.

Et le Standaard abonde dans le même sens : oui, le succès olympique est important, c’est une valeur ajoutée pour les nations victorieuses. Mais attention, il y a des inconvénients et il ne faut pas les ignorer explique le journal.


La culture de la performance doit continuer à inspirer, mais elle ne doit jamais se transformer en excès malsain

Faut-il communautariser davantage le sport en Belgique ?

Le Morgen lui jette un pavé dans la mare.

Selon le quotidien, si la Belgique a performé, c’est grâce aux Flamands.

Le journal regrette le retard wallon au niveau de la formation et du soutien de nos sportifs.

Le sud du pays a un train de retard sur la Flandre explique le quotidien.

Deux tiers des athlètes olympiques sont financés par le nord du pays, y compris des francophones

Sur les 44 meilleurs résultats belges de Rio et Tokyo, à peine 4 sont détenus par des athlètes francophones entraînés au sud du pays.

Séparatiste le Morgen ? Non réaliste dit-il, le quotidien propose donc une réforme :

Que les athlètes ne soient plus sélectionnés par un comité olympique fédéral, mais par les communautés, par ceux qui payent dit le journal

 

La Belgique médaillée d’or des dépenses publiques exorbitantes

Mais le quotidien Het Laatste Nieuws tempère : payer pour le sport, pour former les athlètes de demain oui, mais pas au détriment du reste.

Pas au détriment du bien-être des citoyens. Le quotidien est clair, les médailles c’est beau, mais ça n’aide pas ceux qui ont perdu leur maison à Pepinster, ça n’aide pas les sans-abri.

Le quotidien dit regretter cette mise en perspective, ça n’a pas beaucoup de sens, dit-il.

Mais un pays digne de ce nom doit pouvoir aider ceux qui en ont le besoin. Il doit pouvoir assurer la sécurité, garantir l’éducation, les soins de santé.

Il est donc essentiel de bien réfléchir à chaque dépense et c’est là que le bât blesse explique le quotidien, on parlait de médailles d’or, la Belgique en a une chaque année dans le sport des dépenses publiques exorbitantes.

Le quotidien est donc clair, la Belgique doit gérer efficacement l’argent des impôts. Si elle y arrive, le journal n’aura plus a comparer l’investissement sportif à l’aide d’urgence en zones sinistrées.

Recevez chaque vendredi l'essentiel de Matin Première

recevez chaque semaine une sélection des actualités de la semaine de Matin Première. Interviews, chroniques, reportages, récits pour savoir ce qui se passe en Belgique, près de chez vous et dans le monde.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous