RTBFPasser au contenu

La Prem1ère - Matin

Revue de presse : des sans-papiers désabusés

La Revue de presse

Ce qu'il se passe dans vos journaux

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ce matin dans la revue de presse, La Libre Belgique pose cette question : pourquoi les sans-papiers ne parviennent plus à ébranler la Vivaldi ?

Une de La Libre Belgique.

C’est la douche froide pour les sans-papiers de l’Eglise du Béguinage. Rappelez-vous : ils avaient mené de mai à juillet une grève de la faim pour obtenir une régularisation. La situation était devenue critique, un décès était imminent. Après des discussions, la grève de la faim était terminée avec soulagement.

Quelques semaines plus tard, l’office des étrangers a rendu ses premières décisions et la très grande majorité sont négatives.

Les représentants des grévistes de la faim dénoncent une trahison de la part du secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Sammy Mahdi.

Pour les représentants, il y aurait eu un accord oral avec le secrétaire d’Etat et le directeur général de l’Office des Etrangers autour d’une série d’engagements.

Sammy Mahdi, lui, persiste et signe : il n’y aura aucun traitement de faveur et il n’en a jamais été question.

La Vivaldi, de son côté, reste bien silencieuse, c’est le signe que la question embarrasse, pointe La Libre.

Les cabinets de consultance ont joué un rôle de l’ombre dans la crise sanitaire

Une du journal Le Soir.

Moins médiatisés que les Marius Gilbert, Yves Van Laethem ou Leila Belkhir, les cabinets de l’ombre ont par exemple pris en charge l’achat des masques ou ont négocié des contrats des lieux pour les centres de vaccination.

Ces consultants sont aussi décrits comme des "super secrétaires". Ils s’occupent de préparer les réunions du GEMS, le groupe d’experts scientifique, ils organisent l’ordre du jour, ils envoient les invitations, ils rédigent les PV.

Le Soir a fait le calcul de la facture et elle est salée : tous ces contrats dépassent les 10 millions d’euros.

Si les différents acteurs soulignent la qualité du travail réalisé par ces cabinets, certains expriment leur malaise sur leur rémunération. Ces montants ne sont pas justifiés, estime Erika Vlieghe, la présidente du GEMS.

La vaccination des enfants pourrait être actée aussi en Belgique dès le mois de décembre

Une du journal la DH.

Le Covid revient en une aussi de la DH. Mardi, les autorités sanitaires américaines ont donné leur feu vert pour le lancement d’une nouvelle phase dans la campagne de vaccination.

Les enfants de cinq à onze ans pourront obtenir le vaccin Pfizer contre le Covid-19. Le dosage sera trois fois moins important.

Et qu’en est-il chez nous s’interroge la DH ?

Le ministre de la Santé, Franck VandenBroucke, attend en fait l’avis de l’Agence européenne du médicament sur l’utilité d’administrer ce vaccin aux enfants.

L’avis est attendu fin novembre, et sur base de cet avis, la Belgique prendra ensuite sa décision. Si oui ou non elle recommande le vaccin, ça sera probablement en décembre.

Pour les spécialistes interrogés par la DH, l’Europe ne devrait pas avoir un avis fort différent des Etats-Unis.

Trop peu de mixité des enseignants en Flandre

Article du quotidien flamand De Morgen.

6,4%, c’est le nombre d’enseignants d’origine étrangère en Flandre, affiché en Une du Morgen.

Dans les classes, seul un prof sur vingt est né avec une autre nationalité ou de parents étrangers.

Pour De Morgen, cela montre un véritable problème de diversité : le corps enseignant est encore loin d’être le reflet de la société.

En Flandre, près d’un flamand sur quatre est d’origine étrangère.

Or selon des études américaines, les minorités qui ont des modèles à l’école ont un taux d’abandon scolaire plus faible et de meilleurs résultats.

Chapeau bas, Amélie Nothomb !

Une du journal français Libération.

Le Soir, la Libre Belgique et Libération mettent en Une notre compatriote aux vêtements noirs et aux chapeaux excentriques.

Elle a reçu hier le prestigieux prix Renaudot pour son roman annuel "Premier Sang" où elle rend hommage à son père, Patrick Nothomb, décédé l’année dernière.

Cette récompense arrive 22 ans après avoir reçu le prix de l’Académie française pour son roman devenu classique, "Stupeur & Tremblements".

Si ça fait la Une, c’est parce qu’un grand prix littéraire français pour un écrivain ou une écrivaine belge, ce n’est pas courant !

Le dernier, c’était en 2005, nous apprend Le Soir avec François Weyergans qui avait reçu le Goncourt.

Ce prix, c’est donc un bon moyen de célébrer notre littérature ! Et ça tombe bien, car à partir de la mi-novembre, est lancée l’opération "Lisez-vous le belge ?" pour promouvoir la littérature belge francophone.

Sur le même sujet

13 déc. 2021 à 16:21
5 min
18 nov. 2021 à 09:51
3 min

Articles recommandés pour vous