"Revu et vérifié": une éolienne tourne-t-elle 17% ou 90% du temps?

"Revu et vérifié": une éolienne tourne-t-elle 17% ou 90% du temps ?
15 déc. 2013 à 09:35 - mise à jour 15 déc. 2013 à 10:53Temps de lecture2 min
Par Himad Messoudi

C'était dimanche dernier, lors du débat de Mise au Point. Pro et anti-éoliens se sont affrontés sur le fonctionnement des éoliennes. Extrait :


17% ou 90% ? Les pro et anti-éoliens se sont affrontés à coups de chiffres, la semaine dernière. A la question d'Olivier Maroy ("ça fonctionne combien de pourcent du temps [une éolienne] ?", c’est le représentant d’Edora qui est le plus proche de la vérité. Une éolienne tourne, suivant la zone où elle se trouve, entre 80% et 90% du temps, selon toutes les sources que nous avons pu consulter. Il y a un élément d’important à souligner : il n’est pas simple de trouver des données objectives et indiscutables scientifiquement tellement les deux camps, les pro et anti-éoliens, s’affrontent à coups de preuves "scientifiques". Ce qui est factuel, avec certitude, c’est qu’une éolienne commence à tourner dès que le vent dépasse une vitesse située entre 9 et 14 km/h. Et s’arrête si le vent dépasse 90 km/h, pour des raisons de sécurité. Comme Le Vif l’expliquait également dans sa dernière édition (lien abonné).

Taux de charge

C’est Claude Eerdekens qui parle de 17%, dans le brouhaha. Avant que Luc Rivet ne précise le chiffre (17,8%) et ne glisse, subtilement, le terme de "taux de charge". Le taux de charge, c'est le maximum d’électricité que peut produire une éolienne sur une période donné. Pour simplifier, imaginons qu’une éolienne soit capable de produire 10 000 kWh*. Si elle tourne 24h/24, 365 jours par an, avec un vent optimal, l'éolienne produira 10 000 kWh. Ce qui donne donc un taux de charge de 100%.

Mais dans la réalité, c’est très différent. Une éolienne ne tourne pas tout le temps, on l’a vu. Mais surtout, le vent n’est pas toujours optimal. Et donc, le taux de charge, est assez éloigné des 100%. Néanmoins, les chiffres de Claude Eerdekeens et Luc Rivet sont erronés. Explications.

Dans le "Rapport annuel spécifique 2012 sur l’évolution du marché des certificats verts", la CWaPE (le régulateur wallon de l'énergie) donne des chiffres très précis sur les sites de productions d'électricité en Wallonie. On apprend donc que fin 2012, il y avait une "puissance installée", en Wallonie, de 562 000 kW. Autre chiffre extrait de ce rapport : l'évolution de la production d’électricité verte entre 2011 et 2012. En 2012, il y a donc eu 1.134.867 MWh produits au sud du pays. Si l'on tient compte du fait que l'année 2012 est une année bissextile, on arrive donc au calcul suivant : 1134867000 kWh / (562373 kW * 8784h) = 22,97%. Le taux de charge de l'éolien wallon s'élève donc à 22,97%. Et non de 17%, comme le disait Claude Eerdekeens.

Himad Messoudi

Articles recommandés pour vous