Reverse Mettalurgy: récupérer les métaux, pour créer de l'emploi en Wallonie

Reverse Mettalurgy: récupérer les métaux dans les déchets, pour créer de l'emploi en Wallonie

© © Tous droits réservés

22 nov. 2016 à 08:16 - mise à jour 22 nov. 2016 à 08:16Temps de lecture2 min
Par RTBF

Nos déchets valent de l'or. Encore faut-il disposer des technologies qui permettent d'en retirer l'essentiel de la valeur ajoutée...

La Wallonie y travaille d’arrache-pied au travers notamment d’un programme de recherche piloté depuis deux ans par l’Université de Liège, Reverse Metallurgy.

L’objectif est de développer de nouvelles techniques pour améliorer le tri, et ensuite alimenter nos entreprises en métaux. Par exemple, récupérer des alliages d’aluminium. 

"On produit encore, par exemple, des mélanges d’aluminium qui vont dans des fonderies d’aluminium sur lesquelles on va aller sur des alliages de faible valeur ajoutée. Grâce à des technologies comme développées à l’Université de Liège, on va sortir chaque alliage de manière différente pour rentrer dans des filières spécifiques, des filières courtes, des boucles courtes et trouver plus de valeur ajoutée", explique Pierre-François Bareel, le président de Reverse Metallurgy.

Pour créer de l'emploi en Wallonie

Après deux ans de recherches, les premiers prototypes sont proches de la phase d’industrialisation. C’est le cas d’une nouvelle machine capable de trier très finement différents alliages métalliques. Pierre-François Bareel y voit une innovation majeure. "Commencer à rentrer dans la robotisation dans un secteur du déchet métallique comme le nôtre, c’est en rupture totale avec l’activité traditionnelle qui, pour le moment, est très manuelle et fortement délocalisée dans des pays émergents".

Il y aurait donc un potentiel économique pour la Wallonie. "Totalement. Par exemple, sur les flux d’aluminium, on parle de trois millions de tonnes qui sont exportées principalement vers l’Asie pour faire du tri manuel. Ce sont des grands flux d’opportunité pour nous, pour les réintégrer et donc remettre ce genre d’activités, par de la robotisation, mais qui va demander également des techniciens et des ingénieurs pour les réintégrer dans nos tissus industriels".

L’enjeu de Reverse Metallurgy est donc de récréer une filière industrielle en Wallonie. Les enjeux sont multiples. D'abord, certains de ces métaux deviennent de plus en plus rares et chers. Il serait idiot de ne pas essayer de les récupérer. L'enjeu est aussi environnemental : ce qu'on récupère ici, on ne doit pas l'importer. Ce sont des éléments importants pour les entreprises mais aussi pour l'emploi puisque le développement de cette filière permet de créer des postes de travail ici en Wallonie et pas à l'autre bout du monde.