Les secrets du métier

Responsable de maison de jeunes : un accompagnement vers une meilleure citoyenneté

La maison de jeunes de Basse-Enhaive

Focus dans ce nouveau numéro des Secrets du métier sur la jeunesse et plus particulièrement sur des lieux importants mais méconnus : les maisons de jeunes ! Dans ces lieux d’accueil on peut retrouver des activités socioculturelles qui toutes ont pour but de soutenir l’émancipation des jeunes. Pour mieux comprendre, Joëlle Scoriels a rendez-vous avec la coordinatrice de la maison de jeunes de Basse-Enhaive.

C’est à quelques pas du centre de Namur que se trouve un joli bâtiment plein de vie, la maison de jeunes de Basse-Enhaive dont s’occupe Lise Cirillo. "C’est un endroit où on accueille des jeunes qui viennent de tous horizons et notre objectif c’est de leur ouvrir le champ des possibles, de leur permettre de s’exprimer créativement, de développer leur citoyenneté et de s’investir dans des projets", explique la coordinatrice.

La plupart des jeunes viennent des environs et ont entre 12 et 26 ans. Si on ne vient pas du quartier, ce n’est pas grave, ici, n’y a pas de restriction, tout le monde est le bienvenu. La maison de jeunes de Basse-Enhaive a aussi des partenariats avec des associations comme avec les centres Croix-Rouge de la région namuroise. "On a un public extrêmement divers, tout comme notre équipe. Je pense que c’est vraiment ce qui fait l’ADN de notre maison de jeunes", exprime fièrement Lise Cirillo.

Au programme : cours de cuisine, cours de danse, cours de djembé, école des devoirs ou encore cours de français langue étrangère… Certaines activités sont payantes, mais toujours à prix réduit, l’important est que l’ensemble des animations soient accessibles au plus grand nombre. Le but de toutes ces activités socioculturelles, "c’est vraiment le meilleur moyen pour accompagner les jeunes et leur permettre de s’affirmer, de devenir des citoyens et de faire usage de leurs droits, ce qui n’est pas toujours évident", ajoute cette responsable de centre.

Ici, chaque journée est différente car en plus des tâches administratives et pédagogiques, chaque journée évolue en fonction des jeunes présents et des activités du jour. "Le plus chouette, c’est que c’est vraiment un métier utile, on travaille avec des jeunes, on les voit évoluer. On les voit avoir envie de faire des projets, c’est le plus important", analyse cette diplômée en ingénierie et action sociale.

Envie d’en savoir plus ? Les capsules "Les secrets du métier" sont diffusées les dimanches à 20h08 sur La RTBF et disponibles à tout moment sur Auvio.

Sur le même sujet

L’Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle : un outil pour tendre à plus d’égalité

Les secrets du métier

Le programme ERASMUS + : un véritable tremplin pour les étudiants !

Les secrets du métier

Articles recommandés pour vous