RTBFPasser au contenu

Cinéma - Accueil

"Respire"de Mélanie Laurent souffle le chaud et le froid. Un film percutant

"Respire"de Mélanie Laurent souffle le chaud et le froid. Un film percutant
11 nov. 2014 à 09:541 min
Par Christine Pinchart

Rencontre avec Mélanie Laurent et Joséphine Japy.

 

Vous aviez connu l'une et l'autre une histoire comme celle-là ?

Mélanie : quand j'ai découvert le livre d'Anne-Sophie Brasme, j'avais 17 ans et j'étais en pleine période, pas envie d'aller au lycée, inscriptions sur certains bancs, vexations, c'était mon quotidien chaque fois que je changeais d'école, mais ce n'était pas d'une violence extrême.

Bizarrement ce qui était violent, c'était de 20 à 30 ans, le nombre de manipulateurs rencontrés, que ce soit des réalisateurs ou des amitiés. Ou encore des compétitions en tant que comédienne; votre amie du jour au lendemain n'est plus gérable parce que vous faites un film de plus. Et puis un amoureux pervers narcissique, alors ce qui était intéressant, c'est que si j'avais réalisé ce film à 17 ans, comme j'avais envie de le faire à l'époque, il aurait manqué de maturité. Le personnage de Sarah aurait été un personnage de grande manipulatrice mais au lycée. Hors grâce à mon passé, entre 20 et 30, j'ai pu en faire un personnage presque adulte.

Joséphine : moi j'ai eu la chance d'avoir un tout autre rapport avec les filles. C'est ma première relation amoureuse qui m'a fait découvrir la manipulation, adoration en même temps. Ce rapport qu'il y a entre les deux, entre quelqu'un qu'on admire et vous, mais qui vous détruit d'une certaine manière. J'ai eu la chance de ne pas vivre ça avec mes amies, et j'espère ne jamais le vivre. Mais j'ai pu l'observer au lycée, avec des copines qui vivaient d'autres situations, et qui d'un coup étaient dans des états fous et disproportionnés. Des choses qu'on ne peut pas imaginer pour des filles de 16 ou 17 ans.

Christine Pinchart

 

Articles recommandés pour vous