RTBFPasser au contenu

Journal du classique

Requiem de Mozart : l’histoire de sa composition racontée en vidéo animée

Requiem de Mozart : l’histoire de sa composition racontée en vidéo animée
06 déc. 2021 à 15:043 min
Par Céline Dekock

À l’occasion du 230e anniversaire de la mort de Mozart, la Fondation Mozart de Salzbourg a réalisé un petit film d’animation retraçant l’histoire de la dernière œuvre du génie viennois, sa fameuse messe de Requiem en ré mineur, à laquelle travaillait d’arrache-pied Mozart lorsqu’il décède le 5 décembre 1791, à l’âge de 35 ans.

Alors que nous célébrions en début d’année 2021 les 265 ans de la naissance de Wolfgang Amadeus Mozart, nous commémorons ce 5 décembre 2021 les 230 ans de son décès. Un décès autour duquel planent de nombreuses questions. Mais ce qui est sûr, c’est que Mozart était en train de composer une œuvre lorsqu’il est décédé. Une œuvre inachevée qui sera complétée par les disciples du maître de 35 ans, la fameuse messe de Requiem en ré mineur.

 

 

Le 10 décembre 1791 en l’église Saint-Michel de Vienne, retentissent pour la première fois les premières parties du Requiem de Mozart, décédé 5 jours plus tôt. Réalisation du pressentiment de Mozart, qui affirmait quelque temps avant sa mort avoir l’impression d’écrire son propre requiem.

C’est à la composition de cette œuvre monumentale que Mozart occupait sans relâche ses jours et ses nuits des derniers mois de sa vie, balayant l’épuisement et la maladie qui l’affaiblissaient de plus en plus. Une œuvre commandée par un mystérieux "messager en gris", qui ne dévoilera jamais son identité à Mozart.

Si Pouchkine et après lui Milos Forman ont véhiculé l’idée que ce serait Antonio Salieri qui se cache derrière la commande du Requiem, la vérité est toute autre. Derrière ce mystérieux "Messager gris", commanditaire de cette messe des morts, ne se cache pas le célèbre compositeur italien mais bien le comte Walsegg, un aristocrate autrichien féru de musique classique qui désirait rendre hommage à sa jeune épouse décédée prématurément. C’est le début de l’histoire de la composition du Requiem de Mozart, qui est raconté dans le petit film animé, réalisé par la Fondation Mozart de Salzbourg.

Loading...

Le comte Walsegg est un mélomane et musicien à ses heures perdues. S’essayant à la composition, il se rend très vite compte qu’il n’a pas le talent nécessaire. Il se met donc à commander des œuvres à des compositeurs pour ensuite les interpréter devant ses amis en les présentant comme ses propres compositions.

Lorsque sa douce épouse Anna décède, à l’âge de 21 ans, le 14 février 1791, le comte Walsegg décide de lui offrir un mausolée musical. Voulant tout d’abord composer lui-même cette œuvre, le comte décide rapidement de faire appel à Mozart. Le comte sait que le compositeur viennois est endetté et projette de lui offrir une coquette somme d’argent pour qu’il écrive le requiem.

Pour livrer sa commande, le comte mandate un de ses proches amis pour qu’il entre en contacte avec Mozart. C’est cet homme que Mozart appellera "le messager en gris". Une commande plutôt alléchante pour le compositeur en mal d’argent. Mais Mozart a d’autres œuvres sur le feu. Il doit finaliser ses opéras La Flûte enchantée et La Clemenzia di Tito.

Mais l’avance de 50 ducats et la promesse de 300 florins à la livraison du requiem, promis par le comte, poussent Mozart à accepter la commande. Mozart s’épuise à la composition de cette œuvre, qu’il perçoit de plus en plus comme étant son propre Requiem. Lorsqu’il pousse son dernier soupir, le 5 décembre 1791, le requiem aeternam et le kyrie sont complètement achevés. Seules les parties vocales et les basses du Dies Irae et du Lacrimosa étaient achevées, tandis que les parties du Domine Jesu Christe et Hostias ne comprenaient que le chœur et une partie de la basse continue. Il avait esquissé les parties vocales et la basse du Sanctus, du Benedictus et de l’Agnus Dei.

A la mort de Mozart, Constance, son épouse, se retrouve avec la charge de deux enfants et surtout avec les dettes de son mari. Devant honorer la commande du comte, Constance fait appel à Joseph Eybler, élève de Mozart, afin qu’il complète les parties inachevées du Requiem. Elle se tournera ensuite vers un autre élève de Mozart, Franz Xaver Süssmayr, afin qu’il recopie intégralement la partition qui sera envoyée au comte. Le choix de Süssmayr ne tenait pas à ses talents de compositeur mais plutôt à son écriture qui était presque identique à celle de Mozart. C’est donc une partition écrite de la main de Süssmayr qu’a reçue le comte Walsegg, qui la fera interpréter le 14 décembre 1793 comme étant écrite de sa main.

Sur le même sujet

15 mai 2022 à 09:46
4 min
13 mai 2022 à 12:30
1 min

Articles recommandés pour vous