RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Afrique

République démocratique du Congo : Une peine de mort requise pour l’assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana

Les policiers accusés écoutent pendant le verdict dans l’affaire du meurtre du militant des droits de l’homme Floribert Chebeya et de son chauffeur le 17 septembre 2015 à la prison de Makala à Kinshasa.
03 mars 2022 à 13:38Temps de lecture1 min
Par Belga

Le ministère public congolais a requis la peine de mort pour l’un des policiers poursuivi devant la justice militaire pour l’assassinat, en juin 2010, du défenseur des droits humains Floribert Chebeya Bahizire et de son chauffeur, Fidèle Bazana Ebadi. L’information a été rapportée ce jeudi 3 mars dans des médias locaux et internationaux.

Le représentant du ministère public a requis mercredi la peine capitale pour le major Christian Ngoy Kenga Kenga (le chef du bataillon d’élite Simba, suspecté dans cette affaire, NDLR), dix ans de prison pour le sous-lieutenant Jacques Mugabo et la relaxe pour de l’ex-major Paul Mwilambwe.

"Ce n’est pas un simple meurtre"

Ces trois membres ou ex-membres de la Police nationale congolaise (PNC) sont jugés depuis plusieurs mois devant la Haute Cour militaire, siégeant à la prison militaire de Ndolo à Kinshasa, pour leur implication présumée à des degrés divers dans la mort des deux membres de l’ONG la Voix des sans voix (VSV).

"Ce n’est pas un simple meurtre, c’est un assassinat avec préméditation", a affirmé à l’audience l’auditeur général représentant le ministère public, le colonel Bob Longwango Mata, à propos du double crime commis par des policiers du bataillon Simba. Les rôles étaient bien définis si l’on se réfère aux aveux des prévenus dans l’assassinat des deux militants de la VSV en juin 2010.

À l’issue des interrogatoires lors de ce procès en appel, on a finalement compris que le général en fuite John Numbi Banza Tambo – un proche de l’ancien président Joseph Kabila Kabange – est bien le donneur d’ordre, a ajouté le colonel Longwango, cité par Radio France Internationale (RFI). Il a également chargé le colonel Daniel Mukalay wa Mateso, le planificateur qui a directement coopéré avec le major Kenga Kenga dans l’exécution de cet assassinat. Jacques Mugabo et l’adjudant Hergil Ilunga wa Ilunga ont pour leur part avoué avoir tué sur ordre de la hiérarchie, a poursuivi l’auditeur général.

Floribert Chebeya et Fidèle Bazana avaient tous deux disparu à Kinshasa le 1er juin 2010 après un rendez-vous au siège de l’Inspection générale de la police, dirigée à l’époque par le général Numbi. Le corps de M. Chebeya avait été retrouvé le lendemain, celui de son chauffeur ne l’a jamais été.

Sur le même sujet

Congo : au moins 20 morts et 11 blessés dans l’incendie d’un bateau

Monde Afrique

République démocratique du Congo : un mort dans la répression d'une manifestation de miliciens démobilisés

Articles recommandés pour vous