RTBFPasser au contenu

Report du vote sur la réforme des pensions: "Nous ne voulions pas d'un débat bâclé"

Laurette Onkelinx, cheffe de groupe PS à la Chambre, photographiée en Commission Affaires sociales le 22 juin 2015
23 juin 2015 à 20:36 - mise à jour 24 juin 2015 à 10:302 min
Par T. Mignon avec A. Gordillo

La session s'est finalement achevée peu avant 8 heures. Sans vote. Et il n'y en aura pas ce mercredi.

Un accord a été obtenu pour que des auditions soient quand même menées lundi. L'opposition a donc obtenu gain de cause sur ce point. Un expert de l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes sera entendu lundi. Le vote, lui, devrait avoir lieu mardi prochain.

"On va audition l'Institut égalité homme-femme lundi, ainsi que les partenaires sociaux, parce que je crois vraiment qu'il y a d'autres possibilités, notamment en aménageant les fins de carrière", explique Catherine Fonck, cheffe de groupe cdH à la Chambre.

Mais qu'est-ce qui a fait changer d'avis la majorité ? Celle-ci voulait d'après la députée centriste "absolument voter à la va-vite ce texte, parce que ce sont bientôt les vacances parlementaires et je pense qu'ils ont compris que nous voulions uniquement un travail sérieux".

"Et je crois que c'est vraiment important de pouvoir entendre l'institut et les partenaires sociaux, parce qu'ils permettront aussi, je trouve, d'éclairer le gouvernement et la majorité, sur des dispositions qui ne vont pas fonctionner et qu'il faut faire évoluer, soit aujourd'hui, soit demain, qu'on puisse à la fois avoir une réforme des pensions efficace, mais aussi qui tienne compte de la réalité et de la situation des gens – je pense par exemple aux métiers lourds".

"Nous ne voulions pas d'un débat bâclé"

Pour faire "plier" la majorité, l'opposition a d'abord montré qu'elle "travaillait d'arrache-pied", estime pour sa part Laurette Onkelinx, cheffe de groupe PS au Parlement fédéral.

"La discussion générale a commencé hier après-midi, et elle s'est terminée vers 6h30 ce matin. Il y a donc eu finalement un accord pour ce débat de qualité, à savoir : on ne vote pas aujourd'hui, la semaine prochaine il y aura des auditions et on examinera les articles du projet de loi et puis poursuivra son cours en séance plénière."

"Nous ne voulions pas d'un débat bâclé, c'est trop important. C'est un débat de société. Nous avons donc effectivement empêché un vote à la va-vite aujourd'hui."

Des discussions toute la nuit

Depuis 16h30 mardi, les députés examinaient le projet de loi de réforme des pensions. Ce texte prévoit notamment de repousser l'âge légal de la pension à 67 ans en 2030 et de durcir les conditions d'accès à la pension anticipée de façon à pousser vers un allongement des carrières.

Il faut dire que la majorité veut aller vite et voter la réforme avant les vacances parlementaires qui débutent le 21 juillet. L'opposition l'accuse de vouloir passer en force.

"Oui, avant les vacances, en profitant peut-être du fait que l'état d'esprit des Belges sera un peu en vacances, et sans mesurer toutes les conséquences, déplorait tôt ce matin le député écologiste Georges Gilkinet. On n'a par exemple pas encore défini ce qu'est un métier lourd, qui permet de partir plus vite à la pension..."