Regions Liège

Repas dans le noir pour sensibiliser au quotidien des malvoyants

Repas dans le noir pour sensibiliser au quotidien des malvoyants

© RTBF

22 juin 2017 à 13:55 - mise à jour 22 juin 2017 à 13:55Temps de lecture2 min
Par Natacha Mann

Manger ou se servir un verre, des gestes simples du quotidien qui, pour les personnes aveugles ou malvoyantes, peuvent s'avérer compliqués. Pour permettre à chacun de s'en rendre compte, l'ASBL "Blind Challenge" organise chaque année plusieurs repas dans le noir destinés aux voyants. Une expérience déroutante et enrichissante que nous avons testée.

Dans le noir le plus complet, Laurence Dubois, déficiente visuelle depuis l'âge de 6 ans, guide un petit groupe jusqu'à sa table. Durant deux heures, avec 200 autres participants, ils vont vivre un repas dans la peau d’un aveugle.

Laurence sera leur serveuse pour la soirée. Elle a répété, connait les lieux. Les participants, par contre, n'ont aucun repère. A peine assis, ils découvrent les difficultés qu'engendre la moindre action aussi banale soit-elle. "Pour me servir à boire, j'ai visé le verre avec le goulot de la bouteille, j'ai mis mon doigt dans le verre et je m'arrête quand le doigt est mouillé", dit Christophe Didden, un participant.

"C'est assez sympa car on n'a pas le jugement et le regard des autres sur soi-même"

L'absence de lumière semble également avoir un impact sur les relations humaines, comme l'explique Laure-Anne Gazon, une participante: "Les gens ont tendance à être plus à l'aise les uns avec les autres vu qu'on ne se voit pas. C'est assez sympa car on n'a pas le jugement et le regard des autres sur soi-même".

Au moment de déguster l'entrée, les participants découvrent à quel point les déficients visuels dépendent de leurs autres sens. Ils n'ont aucune idée de ce qu'il y a dans leur assiette et s'appuient donc sur l'odorat et le toucher. "Il n'y a personne qui regarde, donc je teste avec mes doigts. C'est compliqué parce qu'on essaye de regarder même si on sait qu'on ne voit rien. Forcément, on est un peu perturbé, perdu au début parce qu'on n'a plus ses repères habituels", explique Christophe.

Après plus de deux heures dans le noir, la salle se rallume petit à petit. C'est le moment de découvrir l'ampleur des dégâts. Christophe constate, avec le sourire, qu'il a mangé plutôt proprement. C'est aussi le moment de réaliser ce que peuvent vivre au quotidien les personnes aveugles ou mal voyantes. Tout en étant conscient que l'expérience n'est pas non plus totalement représentative.

Christophe Didden explique: "Nous, ici, on est tous dans le noir, donc on va dans l'assiette avec les doigts, on ne s'inquiète pas, on n'a pas le regard des autres. Mais les personnes qui sont non voyantes, elles, ont le regard des autres en permanence et ça, ce n'est pas comparable".  

Laurence Dubois ajoute: "C'est tellement juste ce que Christophe vient de dire. S'il n'y avait pas ce regard de l'autre, on pourrait manger tout et n'importe quoi. Moi, je tiens à manger correctement. C'est vrai que je n'aime pas du tout sentir le regard des autres quand je mange".

Outre l'expérience amusante, cette soirée aura donc permis de rapprocher deux mondes. Afin qu'à l'avenir, les voyants puissent mieux comprendre et aider les déficients visuels qui représentent sur terre près de 4 personnes sur 100.

Repas dans le noir pour sensibiliser au quotidien des malvoyants

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous