RTBFPasser au contenu

Rentrée scolaire : voici tout ce qui change à partir du 10 janvier

Rentrée scolaire : voici tout ce qui change à partir du 10 janvier
09 janv. 2022 à 21:415 min
Par Lavinia Rotili, Anthony Roberfroid, Laurent Van de Berg et Patrick Michalle

Ce 5 janvier, les ministres en charge de la Santé publique ont formalisé les nouvelles règles de gestion des cas de Covid-19 en milieu scolaire. Ce lundi 10 janvier, jour de rentrée scolaire, nous faisons le point avec vous sur ces nouvelles mesures.

Le Comité de concertation a confirmé l’objectif d’une rentrée en présentiel à temps plein dans les écoles maternelles, primaires et secondaires. Ce sera à temps partiel dans l’enseignement artistique. En marge des nouvelles normes de quarantaine, isolement, testing et fermeture des classes, les "règles d’or" de distanciation sociale, hygiène, ventilation et port du masque restent indispensables.

Un masque dès 6 ans

Le premier réflexe de nombreux parents ce dimanche soir sera de glisser un masque dans le cartable des enfants. Si à l’école maternelle le masque n’est pas imposé en classe (ni aux enfants, ni aux enseignants), ce n’est pas le cas pour l’école primaire.

"Dès 6 ans, le masque doit être porté à l’intérieur, rappelle Anne Claire Henry, gestionnaire de crise à l’ONE. A l’extérieur, en revanche, pas d’obligation."

L’autotest est fortement recommandé

Si le port du masque n’est pas une nouveauté, le protocole en matière de testing est la véritable nouveauté de cette rentrée. En effet, en matière de prévention, l’accent est mis sur les autotests. Bien que cela ne soit pas une obligation, les autorités recommandent de faire passer un autotest aux enfants ce dimanche et, ensuite, une fois par semaine. Ces tests peuvent être achetés dans les supermarchés, en pharmacie ou encore en ligne.


►►► À lire aussi : Variant Omicron en Belgique : testing, quarantaine… Quelles sont les nouvelles règles à suivre dès le 10 janvier ? (infographies)


Que faire si l’autotest de mon enfant est positif ?

Si l’autotest de votre enfant s’avère positif (ou simplement s’il présente des symptômes), vous devez garder votre enfant à la maison. Ensuite, "il faut prendre contact avec le call center fédéral au 02 214 1919 ou passer par la plateforme web afin d’obtenir un code pour un test PCR et un certificat d’absencerappelle Anne Claire Henry, gestionnaire de crise à l’ONE.

Dans ce cas, l’isolement de votre enfant sera de 7 jours au lieu de 10. Ensuite, l’enfant pourra sortir de son isolement, à condition qu’il n’ait plus de fièvre depuis trois jours ni d’autres symptômes. Il devra enfin respecter scrupuleusement les gestes barrières pendant trois jours après la fin de son isolement.

Des fermetures assouplies en maternelle et primaire

Les fermetures des classes sont également assouplies : désormais, une classe de maternelle ou primaire sera placée en quarantaine et donc fermée si, pendant une semaine, il y a quatre cas positifs (profs compris) dans la classe ou 25% des élèves, et ce pour cinq jours (plutôt que sept). Il n’y aura plus d’obligation de tester les enfants non symptomatiques.

En effet, les autorités considèrent que "Lorsque le masque buccal est utilisé systématiquement et correctement dans les classes bien ventilées de l’enseignement primaire, les enfants de ces classes sont considérés comme des contacts à bas risque. Dans les classes bien ventilées dans l’enseignement maternel, les enfants sont également considérés comme contacts à bas risque."

Les parents seront informés immédiatement dès qu’une contamination se produit dans la classe.


►►► À lire aussi : Port du masque en primaire : "Ne reportez pas votre colère contre les directions", lance Caroline Désir


Et si mon enfant a eu un contact à risque ?

Ce qui change également au niveau des quarantaines c’est que désormais si votre enfant a eu un contact à risque en dehors du foyer, au sport ou au sein d’un mouvement de jeunesse, il est considéré comme un contact à bas risque et il peut se rendre à l’école s’il n’est pas malade. Il est recommandé à ce moment-là d’éviter les contacts avec des personnes vulnérables et de ne pas fréquenter d’activités récréatives, durant une période de 10 jours après le dernier contact à risque.

À l’école, si votre enfant a été en contact avec un camarade de classe ou un enseignant positif, ce contact est considéré comme bas risque tant qu’il n’y a pas 4 infections ou plus au sein de la classe sur une période de 7 jours. Votre enfant peut donc retourner à l’école s’il ne présente pas de symptômes. Il est ici aussi recommandé d’éviter les contacts avec des personnes vulnérables et de ne pas fréquenter d’activités récréatives, durant une période de 10 jours après le dernier contact à risque.

Dans le cadre d’un contact au sein du foyer, avec un membre de la famille positif, il s’agit d’un contact à haut risque. Les enfants suivent les règles telles qu’elles s’appliquent aux adultes avec lesquels ils séjournent. Ainsi, si l’un des parents doit rester en quarantaine ou être testé, l’enfant doit également rester en quarantaine et être testé pendant la même période.


►►► Retrouvez ici les règles d’isolement et de quarantaine qui s’appliquent aux adultes : Variant Omicron en Belgique : testing, quarantaine… Quelles sont les nouvelles règles à suivre dès le 10 janvier ? (infographies)


Dès qu’un enfant présente des symptômes possibles du Covid-19, il doit être testé par un prestataire de soins. Si l’enfant n’est pas testé, il est considéré comme un cas confirmé. Ceci sera communiqué à la garderie/l’école et l’enfant devra être maintenu en isolement pendant 7 jours.

Sorties scolaires, détecteurs de CO2, événements publics

Quant à la vie quotidienne à l’école, Enseignement.be rappelle que les sorties scolaires d’un jour sont à nouveau autorisées.

Les séjours avec nuitées sont, eux, suspendus jusqu’aux congés de détente. Entre-temps, les écoles doivent également se doter de détecteurs de CO2 le plus rapidement possible. Quant aux événements publics, ils sont interdits dans l’enceinte de l’école. Les réunions avec les parents devront se faire à distance. Il est aussi conseiller de ne pas mélanger les classes dans les espaces intérieurs tels que les réfectoires ou les salles d’études.

100% de présentiel à l’école secondaire

Pour les élèves de l’école secondaire, le principal changement est le retour au présentiel à 100%, alors qu’avant les vacances, il y avait un système hybride (50% à la maison et 50% à l’école).

Afin de gérer la situation, le port du masque reste imposé à l’intérieur. Dans les classes, il faudra garder une place fixe. Il va de soi que les locaux devront être aérés régulièrement. Par contre les sorties d’une journée sont autorisées en respectant les règles en vigueur dans l’endroit concerné. Les sorties avec nuitée sont pour l’instant suspendues.


►►► À lire aussi : Enseignement supérieur : Que faire en cas de covid ou de quarantaine en pleine session d’examens ?


Quant à la politique de dépistage, le principe des autotests reste le même que pour les enfants de l’école primaire : il est conseillé de se soumettre à un autotest au moins une fois par semaine, mais ce n’est pas obligatoire.

Les fermetures automatiques des classes, c’est fini

Quant à la fermeture des classes à l’école secondaire, les fermetures automatiques, c’est fini. Désormais, chaque direction gère la situation au cas par cas au sein de son établissement avec les services de promotion de la santé et la cellule de surveillance régionale. Il n’y a donc plus de règle fixe, mais il reste tout de même possible qu’une classe soit fermée.

Quant à l’isolement, les ados seront désormais soumis aux mêmes règles que les adultes. En bref : si le test est positif, on s’isole pendant sept jours. Si votre enfant est un contact "à haut risque", il devra se mettre en quarantaine uniquement s’il n’est pas vacciné. La quarantaine va durer sept jours dans ce cas-là et se termine le septième jour, si l’autotest est négatif. Attention : il devra continuer à se soumettre chaque jour à un autotest jusqu’au jour 10.

Ces nouvelles règles seront valables jusqu’au "congé de détente" (vacances de carnaval), fin février, avec une évaluation à mi-parcours, soit fin janvier. "D’ici là, un grand groupe d’enfants âgés de 5 à 11 ans aura déjà eu l’occasion d’être vacciné", justifie le communiqué commun transmis à l’issue de Conférence interministérielle.

Sur le même sujet

02 févr. 2022 à 11:19
1 min
06 janv. 2022 à 16:12
1 min

Articles recommandés pour vous