RTBFPasser au contenu

Belgique

Remplacer les cours de philo par le sport à l'école?

25 août 2008 à 16:102 min
Par Belga

Actuellement, une place de 2x50 minutes est réservée à l'éducation physique dans les écoles. Par ailleurs, onze écoles pilotes mènent une expérience de 4x50 minutes hebdomadaires. "C'est insuffisant", estime le ministre francophone de la Jeunesse, Marc Tarabella, qui souligne que le sport doit prendre plus de place au sein de la formation. "Les savoirs de base sont lire, écrire et calculer. Ces trois notions doivent être renforcées. Mais dans toute la panoplie des autres cours, il y a moyen, sans faire de révolution, de les faire disparaître au profit du sport", suggère-t-il, évoquant notamment la suppression des cours philosophiques. "Ces cours relèvent du domaine privé et devraient dès lors être dispensés en-dehors de l'école", a-t-il déclaré, plaidant aussi pour une meilleure répartition entre les fonds débloqués pour la culture et pour le sport en Communauté française.

Le principe de la suppression des cours philosophiques n'est pas écarté par le ministre de l'Enseignement obligatoire, Christian Dupont, mais celui-ci estime cependant que cela créerait trop de polémiques. "Ce n'est pas un dossier à rouvrir pour l'instant", a-t-il souligné, rappelant que l'idée de supprimer les cours de religion et de morale en 5e et 6e années secondaires par un cours de philosophie avait suscité une levée de protestations et qu'une pétition avait rassemblé 200.000 signatures.

L'idée de tiers temps pédagogique consacré au sport, comme dans les pays scandinaves et en Grande-Bretagne notamment, n'est pas non plus à l'ordre du jour en Communauté française.

"L'école n'est pas tout et ne peut pas tout. Mais ce qu'il manque dans notre pays une coordination entre l'école et les clubs. Il faut valoriser au maximum les heures d'éducation physique et faire le lien avec ceux qui font le reste de l'éducation sportive", a expliqué le ministre de l'Enseignement.

L'idée de centres de formation sportive sans suivi scolaire poussé n'est pas non plus défendue par Christian Dupont. "La carrière sportive est fort aléatoire. Il faut trouver une voie qui permette d'assurer la formation générale", a-t-il souligné, pointant en exemple les sports-études tennis, à Mons, et basket féminin à Namur. "C'est sans doute ce que j ai vu de mieux. Les jeunes filles logent en internat, vont à l'école de leur choix à Namur, pratiquent leur sport et bénéficient d'un encadrement psychologique", a-t-il remarqué.

Le sport passe par une bonne hygiène de vie. L'école peut aussi être le lieu de sensibilisation à une meilleure alimentation, etc. Le ministre de l'Enseignement a annoncé qu'il allait relancer, dans les prochaines semaines, l'opération "Clés pour la forme", des outils pratiques qui permettent d'évaluer et d'améliorer la condition physique des jeunes. Ces outils fonctionnent en synergie entre le monde enseignant et sportif.

Articles recommandés pour vous