RTBFPasser au contenu
Rechercher

Initiatives locales

Remettre, grâce à des initiatives locales, de la vie dans les halls sans guichets des gares

La gare de Jambes, qui accueille maintenant un atelier de réparation et vente de vélo à la place du guichet

L’évolution des lignes ferroviaires et de leur fréquentation pousse la SNCB à se séparer de guichets, voir même à désaffecter certains locaux. Des bâtiments voués à être vendus ou abandonnés, qui pourtant, peuvent avoir une seconde vie et être à nouveau des vecteurs de vie sociale dans une commune.

Des gares belges abandonnées sont de plus en plus souvent transformées afin de leur donner une seconde vie. Une volonté, de la SNCB et des diverses initiatives locales, de remettre une vie sociale au cœur de ces bâtiments.

C’est le cas depuis le 14 septembre à la gare de Jambes, à Namur. Après la disparation du guichet de la gare, le hall reste toujours accessible et actif pour les voyageurs et voyageuses. En effet, un atelier de réparation et vente de vélos a pris possession du local vide. "Les ateliers de la bicyclette" ont sauté sur l’appel à projet lancé par la SNCB via "la vie en gare", en janvier.

Le reportage de Boukè sur la gare de Jambes :

A travers son concept "la vie en gare", le service ferroviaire national souhaite utiliser des espaces disponibles pour des initiatives à ancrage très local. Des appels sont lancés sur le site internet avec les informations pratiques des bâtiments et c’est la SNCB qui choisit le projet qu’elle financera. A Jambes, les quatre Namurois de "l’atelier de la bicyclette" sont heureux du partenariat : "On veut mettre en avant le vélo de seconde main et la SNCB va collaborer avec nous en nous ramenant les vélos retrouvés le long des voies. Nous pourrons les réparer et les proposer à la vente", détaille Thomas Simon, l’un des coopérateurs.

D’autres locaux, situés à Bruxelles-Central, Pépinster et Luttre, ont vu leur appel d’offres clôturé avec bientôt une annonce des projets qui animeront ces gares pour plus de lien dans la commune.

Des coopératives et communes demandeuses

Il n’y a pas que l’entreprise publique qui cherche à remplir ses locaux vides. En effet, à Binche la distillerie Plus Oultre a remis d’elle-même un dossier afin de créer une coopérative dans l’aile gauche de la gare.

Depuis le 1er novembre 2021, le guichet est fermé, laissant un espace inoccupé qui pourrait, par exemple, avoir une vocation commerciale liée à la production et à la vente de spiritueux locaux (comme le "Gin de Binche"). Une manière de mettre en valeur cette gare néogothique, l’une des deux seules du pays, rénovée à l’extérieur et désormais vide à l’intérieur.

Certaines anciennes gares sont carrément à vendre. L’occasion pour des communes de mettre la main sur ces bâtiments à l’abandon. Dans l’entité d’Aubange, la gare d’Athus (frontalière avec le Luxembourg et la France) sera donc rénovée : "L’objectif c’est de redynamiser les lieux. On a envie de redonner vie au lieu, que les voyageurs puissent attendre le train au chaud, mais on aimerait également y développer du commerce. On espère un projet avec un partenaire privé qui va pouvoir nous aider à développer les lieux et des cellules commerciales ici", explique le bourgmestre François Kinard au micro de Tv Lux.

Sur le même sujet

L'espace de l'ancien guichet de la gare de Jambes devient un atelier de réparation pour vélos

Regions

La SNCB veut proposer des points de retrait de produits frais dans ses gares

Belgique

Articles recommandés pour vous