Monde

Remaniement ministériel en France : Damien Abad part, Olivier Véran devient porte-parole, Marlène Schiappa revient

04 juil. 2022 à 09:15 - mise à jour 04 juil. 2022 à 10:15Temps de lecture4 min
Par AFP, édité par D. V. Ossel

Plus de deux mois après la réélection du président Emmanuel Macron, le nouveau gouvernement français a été dévoilé lundi, et aura la lourde tâche de mettre en oeuvre les réformes du chef de l'Etat sans majorité absolue à l'Assemblée nationale.

Très attendue, la nouvelle équipe du président centriste-libéral a été présentée deux jours avant le discours général de la Première ministre Elisabeth Borne devant le Parlement et contre laquelle la coalition de gauche Nupes n'a pas exclu de voter une motion de censure.

Damien Abad, ministre français sortant chargé des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées et visé par une enquête pour tentative de viol, est évincé du nouveau gouvernement français, dont la composition a été dévoilée lundi.

C’est le directeur de la Croix-Rouge française, Jean-Christophe Combe, qui a été nommé lundi à sa place.

Damien Abad  juge "préférable, face aux calomnies ignobles dont (il est) la cible", de pouvoir se "défendre sans entraver l'action du gouvernement". "Je me défendrai sans relâche jusqu'à ce que la justice confirme mon innocence", a-t-il dit lors de la passation de pouvoir avec Jean-Christophe Combe.

Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État sortante chargée du Développement, qui était visée elle par deux plaintes pour viols qui auraient été commis dans le cadre de sa profession de gynécologue, conserve, elle, son poste.

Marlène Schiappa revient

Marlène Schiappa, fidèle d’Emmanuel Macron, est nommée secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale et solidaire et de la Vie associative, a annoncé l’Elysée lundi. L’ancienne ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, 39 ans, l’une des plus médiatiques personnalités de la macronie, retrouve le gouvernement après l’avoir quitté après l’élection présidentielle.

Olivier Véran laisse le portefeuille des Relations avec le Parlement pour devenir porte-parole du gouvernement chargé du Renouveau démocratique, il remplace Olivia Grégoire nommée à Bercy où elle sera chargée des PME, du commerce, de l’artisanat et du tourisme.

Comme prévu, le remaniement a acté le départ des trois ministres et secrétaires d'Etat battues lors des élections législatives de fin juin - Amélie de Montchalin (Transition écologique), Brigitte Bourguignon (Santé) et Justine Bénin (Mer).

Le médecin urgentiste François Braun a été nommé ministre de la Santé et de la Prévention en remplacement de Brigitte Bourguignon. François Braun, 59 ans, avait été chargé en juin par Emmanuel Macron d’une "mission flash" sur les carences de l’hôpital en France. Il est chef des urgences du centre hospitalier régional de Metz-Thionville et président du syndicat Samu – Urgences de France.

Hervé Berville, député d'origine rwandaise du parti présidentiel La République En Marche (LaRem) des Côtes d'Armor (ouest), remplace quant à lui Justine Bénin comme secrétaire d'Etat chargé de la mer.

Alors que le camp macroniste ne compte plus qu'une majorité relative à l'Assemblée nationale après la claque des législatives, la nouvelle équipe reflète un subtil dosage des représentants des différentes forces politiques qui sont ses partenaires.

Ainsi, Christophe Béchu, un proche d'Edouard Philippe, allié de LREM avec son parti Horizons, est promu ministre de la Transition écologique, en remplacement d'Amélie de Montchalin, en plus du portefeuille de la Cohésion des territoires qu'il occupait jusque-là.

L'ex-ministre MoDem Sarah El Haïry revient au gouvernement, chargée auprès du ministre des Armées Sébastien Lecornu de la Jeunesse et du Service national universel, tandis qu'un autre MoDem, Jean-Noël Barrot, sera chargé à Bercy de la Transition numérique et des télécommunications. La députée Horizons Agnès Firmin Le Bodo est nommée ministre déléguée à l'Organisation territoriale et aux professions de santé.
 

Darmanin et Le Maire restent en poste

Bruno Le Maire (Economie et Finances) conserve son poste, tout comme Gérald Darmanin (Intérieur) dont le portefeuille s’élargit aux Outre-mer.

Plus inattendu, le ministre délégué chargé de l'Europe Clément Beaune quitte le Quai d'Orsay et occupera au sein du nouveau gouvernement le poste de ministre des Transports. Il est remplacé par l'économiste Laurence Boone, jusqu'ici secrétaire générale adjointe à l'OCDE et qui sera donc secrétaire d'Etat chargée de l'Europe

L’ancien préfet Jean-François Carenco a été nommé lundi ministre des Outre-mer en remplacement de Yaël Braun-Pivet, élue depuis présidente de l’Assemblée nationale, a annoncé l’Elysée dans un communiqué. Le nouveau ministre, qui a été notamment préfet de Saint-Pierre-et-Miquelon (1996-1997) et de Guadeloupe (1999-2002), diplômé de l’Ena, présidait jusqu’à présent la Commission de régulation de l’Energie.

Chez LREM, on compte encore le député Roland Lescure est chargé de l'Industrie, Bérangère Couillard de l'Ecologie, et Olivier Becht est nommé ministre délégué au Commerce extérieur.

Au total, le gouvernement II d'Elisabeth Borne, qui comptait dans sa précédente version (provisoire entre la présidentielle et les législatives), 17 ministres, six ministres délégués et quatre secrétaires d'Etat, compte en son sein désormais 41 membres, dont 21 femmes, si  l'on compte la Première ministre. Il respecte donc l'objectif de parité, même si les femmes sont sur-représentées aux postes de secrétaire d'Etat.

Il s'est étoffé de nouveaux portefeuilles, dont ceux du Logement, des Transports ou encore de l'Economie sociale et solidaire.

Conseil des ministres : et Elisabeth Borne ?

Emmanuel Macron a convoqué un Conseil des ministres à 16H00 à l’Elysée ce lundi, quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement, selon l’Elysée.

A ce Conseil des ministres, pourrait notamment être évoquée la question de confiance que la Première ministre Elisabeth Borne peut poser à l’Assemblée à l’issue de sa déclaration de politique générale prévue mercredi. La cheffe du gouvernement n’a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

Sur le même sujet

Coronavirus en France : "Sur les masques, nous nous sommes trompés", s’excuse Olivier Véran

Coronavirus

France : l'alliance de gauche Nupes annonce le dépôt d'une motion de censure contre le gouvernement

Monde Europe

Articles recommandés pour vous