Regions Bruxelles

Région bruxelloise : le contrôle du stationnement avec les scan cars n’est pas au point

Entre janvier et novembre 2021, 460.000 euros ont été remboursés aux Bruxellois
03 févr. 2022 à 10:32Temps de lecture2 min
Par Tom Denis

Le contrôle du stationnement payant avec des scan cars n’est pas au point ! C’est en tout cas ce qu’affirmait en début de semaine, le MR Bruxellois. Pour rappel, les scan cars, ce sont ces voitures qui détectent si vous avez bien payé votre stationnement. Les dysfonctionnements de ce dispositif ont déjà été épinglés. Le scanner, par exemple, ne peut contrôler les cartes PMR ou les dérogations pour le personnel médical. Il ne peut pas savoir non plus, si au moment du passage, le conducteur n’est pas en train de retirer son ticket à la borne de paiement.

Le MR réclame un moratoire le temps d’améliorer le système

Ces erreurs engendrent bon nombre de contestations et de remboursements, ce qui pour le MR justifierait un moratoire dans l’utilisation de ces véhicules. Mais quelle est l’ampleur de ces dysfonctionnements ? L’agence Parking Brussels (l’agence régionale qui contrôle le stationnement) évoque 1% du chiffre d’affaires qui est remboursé après contestation. Ainsi, au cours des onze premiers mois de 2021, ce sont plus de 460.000 euros ont été restitués aux personnes indûment sanctionnées.

18.000 contraventions remboursées entre janvier et novembre 2021

"Ceux qui contestent le plus sont les personnes à mobilité réduite, affirme Michel Vassart, porte-parole de Parking Brussels, elles ont en effet le droit de se garer presque partout sans payer en Région bruxelloise". Actuellement, les appareils photos des scans cars ne peuvent lire leurs cartes de stationnement affichées sur le pare-brise. Alors, en attendant que le problème soit résolu, ces conducteurs peuvent s’inscrire sur une liste indiquant leur plaque, pour éviter d’être embêté. Mais pour Mathieu Angelo, du CAWAB : un collectif qui défend l’accessibilité pour tous, ce pis-aller n’est pas satisfaisant. "Sur cette liste, on ne peut inscrire qu’une seule plaque pour une seule carte. Or parfois, on est transporté par un ami ou un parent dont la plaque n’est forcément pas reconnue".

Par "fatigue administrative", certains renonceraient à faire valoir leurs droits

Cette liste pose aussi des questions en termes de protection de la vie privée. Certains choisissent donc de ne pas s’y inscrire. Et puis, il y a ceux qui, par manque de connaissance de leurs droits, ou par "fatigue administrative", paient quand même la redevance.
Du côté du cabinet de la ministre de la mobilité on rappelle : qu’un "simple mail" mentionnant leur identifiant de carte PMR suffit à annuler la redevance.

Sur le même sujet

Gare aux amendes : la "scan car" débarque à Namur cet été, malgré quelques ratés

Regions

Articles recommandés pour vous