RTBFPasser au contenu

Réfugiés: le mur hongrois crée la polémique, mais est-il illégal?

Réfugiés: le mur hongrois crée la polémique, mais est-il illégal?
31 août 2015 à 08:06 - mise à jour 31 août 2015 à 08:101 min
Par C.B. avec Aline Wavreille

Comment gérer au mieux la crise migratoire ? Comment trouver une position commune à tous les pays européens ? Un sommet a été convoqué en urgence.

Les 28 ministres de l'Intérieur de l'Union se réuniront à Bruxelles le 14 septembre prochain pour tenter de trouver réponse à ces questions. La tâche ne sera pas facile au vu des sensibilités et des méthodes choisies par les États membres.

La Hongrie, par exemple, a décidé de construire un mur. Elle a terminé ce weekend de poser une clôture de 175 kilomètres à la frontière avec la Serbie, un choix qui lui a valu de nombreuses critiques, de la France notamment. Cette solution, si elle pose des questions d'ordre éthique, est-elle pour autant illégale?

"Cela ne l’est pas si l’on estime que certains principes généraux doivent prévaloir"

"Ce n'est pas certain", répond Elisabeth Vallet, directrice scientifique à l'université du Québec à Montréal, considérée comme la spécialiste des murs.

"En fait, ils le sont pour une seule raison, c’est qu’ils sont construits dans les territoires. Ils ne sont pas construits le long de la ligne de démarcation. Une frontière est une ligne déterminée par les États. Donc, la plupart du temps, ils sont construits légèrement à l’intérieur de la frontière, en plein territoire souverain pour l’État qui le construit", explique l'experte.

"Dans ce sens-là, si on admet que, dans le droit international, la souveraineté prime, ce qui paraît être le cas depuis la fin des années 90, là oui c’est légal. Non ça ne l’est pas si l’on estime que certains principes généraux doivent prévaloir, comme celui de la liberté d’émigrer, la liberté d’aller et venir qui est quand même consacré par les conventions internationales. La question se pose encore de qu’est-ce qui doit prévaloir dans le droit international : la souveraineté des États ou, au contraire, les conventions qu’on a adoptées."

Articles recommandés pour vous