RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Recycler vos cheveux pour leur donner une nouvelle vie ? C'est possible !

Aux quatre coins de la Belgique, l’asbl Dung Dung collecte des cheveux coupés. Ces cheveux, récupérés chez des coiffeurs partenaires, serviront de matière première pour absorber des hydrocarbures en cas de pollution de rivière. Éléments d'information avec Virginie Hess, Raconteuse de nature dans l'émission "La Grande Forme".

Recycler vos cheveux pour leur donner une nouvelle vie ? C'est possible ! Le geste semble anodin, mais il s’inscrit dans un mouvement plus vaste où le cheveu coupé n’est plus considéré comme un déchet, mais comme une matière recyclable aux propriétés impressionnantes et aux applications multiples. 

Ce projet est né en plein confinement à l’initiative de Patrick Janssen, créateur d’entreprises qui souhaitait se lancer dans une nouvelle aventure, en quête d’impact environnemental. Avec Hair Recycle, Le cheveu coupé n’est plus considéré comme un déchet, mais comme une matière recyclable et réutilisable aux propriétés étonnantes. Une démarche qui s’inscrit pleinement dans les valeurs de l’économie circulaire. Aujourd’hui, plus de 450 coiffeurs ont décidé de participer à Hair Recycle.

Créer des boudins anti-pollution

C’est en Californie qu’est née l’idée de valoriser les cheveux coupés. Depuis plus de 20 ans, l’association Matter of trust recycle les cheveux, les poils et la fourrure pour leur donner une seconde vie. Une trentaine d’associations de par le monde, dont Hair Recycle, se sont depuis inspirées de ce modèle.

L’idée est simple : les cheveux coupés sont tassés dans un sac. Les sacs sont ensuite collectés par Patrick Janssen, ou par l’un des six bénévoles de l’association, puis stockés ou conduits à l’entreprise de travail adapté Apac, située à Manage. Des cheveux de toutes couleurs et de tout style y sont mélangés et tissés en carpettes de deux centimètres d’épaisseur, puis glissés dans des textiles et assemblés sous la forme de ‘boudins’ de trois mètres de long sur 20 centimètres de large.

Ces boudins serviront à traiter des pollutions aux hydrocarbures car le cheveu est lipophile : il absorbe le gras. Un kilo de cheveux peut absorber 8 litres de pétrole. Jusqu’à présent, les boudins étaient en polypropylène, un matériau synthétique fabriqué à partir de dérivés de pétrole. Mais les propriétés absorbantes du produit final de Hair Recycle sont quasiment aussi efficaces que celles des modèles classiques.

La nouvelle vie des cheveux coupés

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dépolluer nos rivières grâce aux cheveux

Ces boudins chevelus seront bientôt placés autour de la Dyle en collaboration avec le Contrat de rivière Dyle-Gette, dont la mission est de restaurer la qualité de l’eau. L'équipe a été séduite par le projet. Il faut dire que chaque semaine, au moins une pollution aux hydrocarbures est signalée au Contrat de rivière dont le territoire d'action couvre 24 communes et 1000 kilomètres d'eau.

Les causes de ces incidents sont multiples : des cuves à mazout qui fuitent, des accidents de la route et leur rejet d'essence ou encore des huiles de vidange jetées sauvagement.

Du déchet à la matière première…

Mais ce projet ne s’arrête pas à l’absorption des hydrocarbures qui polluent nos rivières ! Il va encore plus loin dans la valorisation du déchet comme ressource puisque ces cheveux gonflés d’hydrocarbure pourront à leur tour se muer en matière première. Une fois que le mazout aura été extrait des boudins, les cheveux et le textile enveloppant seront séchés puis confiés à Holcim, un fabricant de béton car les cheveux ont aussi comme caractéristique de renforcer le béton. Cerise sur le gâteau, ce sont les hydrocarbures puisés dans les rivières qui alimenteront les fours utilisés dans la production de béton. La boucle sera ainsi bouclée.

Un défi logistique !

L’un des grands défis de Hair Recycle est logistique : il faut sillonner la Belgique pour récupérer les tonnes de sacs à cheveux. Le soutien du Fonds ING pour une Économie plus Circulaire a permis de mettre en œuvre les premières tournées de ramassage en couvrant les frais de transport et le défraiement des bénévoles. L’asbl Dung Dung cherche à présent à optimiser ces déplacements, pour ne pas ajouter une pollution inutile liée aux trajets en voiture. L’idée serait de collaborer avec des livreurs volontaires qui accepteraient de ramasser les sacs de cheveux lorsqu’ils passent dans les secteurs où se situent les coiffeurs partenaires.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13h à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

Les maux de dos : 8 Belges sur 10 sont concernés !

La Grande Forme

Buddha blue : une drogue de synthèse consommée via une cigarette électronique

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous