Reconnaissance de Jérusalem comme capitale: une promesse de Trump à ses électeurs évangéliques

Reconnaissance de Jérusalem comme capitale: une promesse de Trump à ses électeurs évangéliques

© SAUL LOEB - AFP

07 déc. 2017 à 19:14 - mise à jour 07 déc. 2017 à 19:14Temps de lecture1 min
Par Sonia Dridi

Si Donald Trump a déclaré ce mercredi qu’il était temps de reconnaître officiellement Jérusalem comme capitale d'Israël, c’était surtout pour tenir une promesse de campagne faite à ses électeurs évangéliques. La reconnaissance de Jérusalem comme capitale est la première étape.

La droite évangélique américaine réclame depuis des dizaines d’années le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem. Plus de 81% des évangéliques ont voté pour Trump et ils ont aujourd’hui beaucoup d’influence sur le président américain notamment car le vice-président Mike Pence, est évangélique. Ils avaient déjà essayé d’imposer ce projet à Ronald Reagan puis à Georges Bush mais ces derniers ont refusé.

Pour cette droite très conservatrice, l’État d’Israël est la réalisation de la volonté divine exprimée dans la Bible. Ils pensent que pour que Jésus revienne sur terre, il faut à nouveau réunir les conditions de son avènement, ce qui passe par la reconnaissance d’Israël comme État juif. 

Pour les évangéliques, l’État hébreu est aussi l’un des alliés de premier plan des États-Unis dans sa guerre contre le terrorisme. Plus de 400 000 visiteurs américains évangéliques se rendent, chaque année, en Israël.

Jérusalem : vers une nouvelle intifada ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus