RTBFPasser au contenu

Réactions en demi-teinte après le Comité de concertation : les fédérations Horeca saluent le maintien de l’horaire 5 heures-23 heures

Réactions en demi-teinte après le Comité de concertation : les fédérations Horeca saluent le maintien de l’horaire 5 heures-23 heures
03 déc. 2021 à 15:51 - mise à jour 03 déc. 2021 à 15:593 min
Par Africa Gordillo & Belga

Les réactions sont nombreuses après les mesures annoncées par le Comité de concertation ce vendredi 3 décembre, à commencer par celle de l’Union des classes moyennes (UCM) qui estime urgent de remettre sur la table la question des aides financières. L’UCM fustige également "l’instabilité" provoquée par l’organisation de trois Comités de concertation successifs, les querelles politiques et les annonces anxiogènes qui nuisent au bon déroulement de la vie économique. Réaction similaire du Syndicat neutre pour les indépendants.


►►► À lire : Les mesures prises par le Comité de concertation ce vendredi 3 décembre


L’UCM se félicite du maintien de l’ouverture de l’Horeca aux heures fixées la semaine passée (de 5 heures à 23 heures, ndlr), même si les conditions y restent "compliquées". Même réaction du Syndicat neutre pour indépendants. Le SNI estime que de nouvelles restrictions auraient porté "un nouveau coup très dur avant les fêtes de fin d’année" pour l’Horeca et les commerces.

L’Union des classes moyennes estime urgent "de remettre sur la table la question des aides", au vu du coup porté à l’événementiel, à la culture (limitation fixée maintenant à maximum 200 personnes), au sport, auquel s’ajoutent le télétravail et les fermetures d’écoles. Quant au SNI, il déplore l’interdiction de la tenue d’événements de plus de 200 personnes en intérieur. "Le secteur événementiel, qui a déjà énormément souffert depuis un an et demi va à nouveau subir un choc très important", estime-t-il. Enfin, l’UCM rappelle son souhait d’une vaccination généralisée, principale porte de sortie de la crise épidémique.

La fédération des prestataires de mariage satisfaite

La fédération des prestataires de mariage est, elle, "extrêmement satisfaite", réagit sa représentante Isabelle Ghosez. Les autorités ont décidé de ne pas imposer de mesures supplémentaires pour l’organisation de mariages. Les mesures actuelles, telles que la présentation du CST (Covid Safe Ticket) et le port du masque buccal, restent en vigueur.

"Nous sommes probablement l’un des rares secteurs à être vraiment satisfait aujourd’hui", commente Isabelle Ghosez. "Peu de choses changeront pour nous et c’est très positif. Des mesures plus strictes auraient entraîné une grosse perte financière tant pour les couples que pour les fournisseurs au mois de décembre".

L’Horeca aux anges

Le secteur Horeca s’est lui déclaré que le Comité de concertation a décidé de ne pas prendre de mesure supplémentaire dans les restaurants et cafés. Ceux-ci vont pouvoir continuer à travailler jusqu’à 23 heures. "Le gouvernement tient ses promesses et a tenu bon face aux virologues qui jouent au yoyo avec les entreprises", a déclaré Fabian Hermans, président de la Fédération Horeca Bruxelles.

Les établissements redoutaient plus que tout une fermeture à 20 heures qui aurait signifié un pas de plus vers la faillite du secteur. "Depuis un mois, on perd 50% de notre chiffre d’affaires par rapport à 2019", déplore ainsi Fabian Hermans. "Pourtant, on avait connu une belle reprise pendant l’été et en septembre. Les bars, on n’en parle pas. Comment voulez-vous résister ?"

En Wallonie, même son de cloche, la fermeture à 23 heures des établissements occasionne des pertes de chiffre d’affaires de 30 à 50% selon les lieux, note Pierre Poriau, secrétaire général d’Horeca Wallonie. "La fermeture à 20 heures préconisée par les experts aurait été injustifiée", défend pour sa part Daniel Cauwel, président du SDI, la Fédération patronale interprofessionnelle. "Les restaurants ne sont pas responsables de la propagation du virus, leur chiffre d’affaires est déjà en berne et ils ont consenti les investissements nécessaires pour accueillir leur clientèle dans le respect des règles sanitaires."

Les fédérations Horeca demandent désormais que des mesures adéquates de soutien soient prises et soulignent l’importance d’accomplir la vaccination de la population pour sortir de la crise.

Articles recommandés pour vous