Re-Cycle

Re-Cycle : Slipknot, Stupeflip, Residents, Daft Punk, Kiss, Gorillaz..., ces groupes qui se cachent sous des masques et autres !

Slipknot

© Tous droits réservés

Re-Cycle

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Puisque le nouvel album de Slipknot, "The End So Far", sort le 30 septembre, saisissons cette occasion pour dresser un petit panorama des groupes qui avancent masqués. Et vous allez voir que si Slipknot est sans doute le groupe qui a plus marqué les esprits avec ses masques entre le terrifiant et le grand guignol, un paquet d’autres groupes ont eu cette même idée avant.

A ce petit jeu, les plus connus sont bien entendu nos amis de Kiss, qui viennent de raccrocher les guitares et leur grimage, cela dit…

Tant que l’on parle de précurseurs, il faut bien entendu évoquer les Residents, qui avancent masqués depuis plus de 40 ans et 80 albums. Et on ne sait toujours pas qui ils sont, vu que personne n’a jamais brisé le secret. Pour avoir été à des festivals où le groupe jouait, je peux témoigner que tout est fait pour conserver le mystère. Puisque la loge du groupe est bien gardée pour tenir les curieux à bonne distance, et que le chemin qui mène le groupe du backstage à la scène est généralement recouvert de draps noirs. On ne sait jamais si un masque tombait par accident ! L’avantage, bien entendu, c’est que quand on porte des masques, on peut changer les membres du groupe dès que certains membres atteignent une certaine limite d’âge. C’est ce qu’on soupçonne les Residents d’avoir fait déjà quelques fois, en fait.

Loading...

Et puis, dans un autre genre, le groupe français agité de Stupeflip joue aussi masqué. Ce qui n’enlève visiblement rien à sa popularité. Puisqu’en 2016, le groupe a réuni plus de 428.000 euros de la part de ses fans, alors qu’il n’en demandait que 40.000 pour enregistrer un nouvel album. Au jeu du masque, on épinglera encore notre représentant belgo-belge Kid Noize et son apparence de singe. Tout ça sans oublier les casques des Daft Punk, bien entendu…

Enfin, si on pousse la logique un peu plus loin, on en arrive à Gorillaz. Là, on sait qui en sont les têtes pensantes, puisqu’il s’agit de Damon Albarn et du dessinateur et graphiste Jamie Hewlett, mais l’idée du travestissement va jusqu’à faire apparaître chaque membre du groupe sous forme d’un hologramme façon personnage de BD pendant les concerts. Dans certaines interviews, Damon Albarn a même relancé l’idée de donner des concerts virtuels en hologrammes, sans qu’il doive être sur place. C’est désormais techniquement possible, puisque c’est ce qu’a fait Abba à Londres au printemps dernier.

Mais les Gorillaz n’ont pas encore tenté la chose, tout comme Kraftwerk n’a jamais réussi son fantasme ultime, à savoir donner des concerts dans le monde entier, où le groupe piloterait des mannequins et des robots à son effigie depuis sa base de Dusseldorf. Qui vivra verra. Mais payer pour voir des dessins ou des poupées alors que le groupe n’est même pas là, très peu pour nous, on va dire… C’est ce qui s’appelle ''devenir vieux''.

Le vintage et ses réinventions dans la pop culture avec ''Re-Cycle'',

le samedi à 8h45 dans ''Bed & Breakfast'' sur Classic 21 !

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Re-Cycle : Les quiz musicaux

Re-Cycle

Articles recommandés pour vous