RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Afrique

RDC: recrudescence des violations des droits politiques et des libertés publiques

Le BCNUDH a documenté 143 violations des droits de l'homme en relation avec le processus électoral dans tout le pays entre le 1er janvier et le 30 septembre.
08 déc. 2015 à 11:59Temps de lecture1 min
Par Belga

L'année 2015 a connu une tendance à la hausse des cas de violations des droits politiques et des libertés publiques commises par les agents de l'Etat en République démocratique du Congo (RDC), note un rapport du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'homme (BCNUH) publié mardi conjointement avec la Mission de l'ONU pour la Stabilisation en RDC (Monusco). Ce rapport porte sur les violations des droits de l'homme et des libertés fondamentales commises entre le 1er janvier et le 30 septembre dans le contexte du processus pré-électoral.

Recrudescence des répressions par les forces de l'ordre
Dans leur rapport, le bureau des droits de l'homme et la Monusco indiquent que le mois de janvier 2015 a été marqué dans plusieurs provinces par une répression violente, par les forces de défense et de sécurité, des manifestations populaires dont certaines violentes, contre une disposition du projet de loi électorale. Ces incidents ont conduit à l'exécution extrajudiciaire d'au moins vingt personnes, selon ce document.

Il fait aussi état d'une recrudescence des cas de menaces, d'arrestations arbitraires et d'instrumentalisation de la justice contre les activistes de la société civile et des professionnels des médias à partir de juillet.

Le BCNUDH a documenté 143 violations des droits de l'homme en relation avec le processus électoral dans tout le pays entre le 1er janvier et le 30 septembre. "Cette tendance de restrictions à la liberté d'expression et d'atteintes à la sécurité de ceux qui expriment des opinions critiques concernant les actions du gouvernement, dénote un rétrécissement de l'espace démocratique susceptible d'affecter la crédibilité du processus électoral", commente le rapport qui met notamment en cause des agents de la police nationale congolaise (PNC) et de l'Agence nationale de renseignements (ANR).

Sur le même sujet