RTBFPasser au contenu

Radicalisme: l'ASBL "Les Parents concernés" dissoute à la fin du mois

Véronique Loute, fondatrice et cheville ouvrière de l'association "Les Parents concernés".
13 sept. 2016 à 12:322 min
Par Karim Fadoul

Coup dur pour "Les Parents concernés". L'ASBL regroupant les papas et mamans de jeunes partis combattre en Syrie ou en Irak, l'une des plus médiatisées, file vers sa dissolution. Une assemblée générale doit se tenir le 29 septembre prochain afin d'acter la décision.

Une décision difficile à prendre pour Véronique Loute, fondatrice et cheville ouvrière de l'association dont le fils, Sammy, a rejoint en 2012 ce qui allait devenir le groupe terroriste Etat islamique. Pour rappel, "Les Parents concernés" parcourent notamment les écoles afin de sensibiliser les jeunes aux dangers du radicalisme religieux.

Pourquoi dissoudre?

Plusieurs raisons ont conduit Véronique Loute a demander la dissolution. Mais les principales sont la récente inculpation de Géraldine Henneghien, administratrice de l'ASBL, pour financement du terrorisme, recrutement du terrorisme et tentative de recrutement terroriste. Son fils Anis blessé, Géraldine Hennghien avait transmis une somme d'argent à une jeune femme qui se présentait comme sa future épouse. L'argent devait servir à payer les soins d'Anis. La justice belge a visiblement apprécié les faits de manière différente.

Depuis l'inculpation, Géraldine Henneghien n'a pas souhaité réaliser un pas de côté vis-à-vis de l'ASBL. "Cela a décrédibilisé notre travail", explique Véronique Loute à la RTBF. "Si elle avait fait un pas de côté, l'association n'irait pas vers sa dissolution."

Autre raison: un récent dossier du Vif sur le business de la déradicalisation et l'utilisation des fonds publics par des ASBL créés après les événements en Syrie et les attentats sur le sol européen. "Quand on sait que notre ASBL n'a reçu pratiquement aucun argent public, cela fait mal d'être englobé", réagit Véronique Loute qui indique avoir avancé plusieurs milliers d'euros de sa caisse personnelle dans les projets de l'ASBL née d'un groupe de parole.

"Le seul financement obtenu vient de la Fondation Roi Baudouin. Une somme de 8 000 euros dont nous n'avons reçu qu'une tranche et qu'il nous faudra de toute manière rembourser avec la dissolution. Je n'ai jamais imaginé 'faire du beurre' sur le radicalisme", insiste encore la retraitée.

Je continuerai

"Avec la fin de cette ASBL, je perds tout", confie Véronique Loute. "Cette association avait un but: permettre à des parents de se rencontrer, de partager, de parler. L'autre but inavoué: que mon fils revienne. On se raccroche à cet espoir. On se raccroche à cette ASBL comme à une bouée." Le dernier contact que Véronique Loute a eu avec Sammy remonte à août 2015. "Est-il encore en vie, est-il décédé? Je ne le sais pas."

Reste que le combat personnel de Véronique Loutte contre la radicalisation religieuse n'est pas terminé pour autant. "Je continuerai à aller à la rencontre des jeunes quand on me sollicitera."

A noter que "Les Parents concernés" avaient déjà connu des tiraillements, lors du départ de l'ASBL d'une autre maman, Saliha Ben Ali. Celle-ci, dont le fils Sabri est décédé en Syrie fin 2013, avait alors fondé sa propre association, SAVE Belgium (Society Against Violent Extremism).

 

Articles recommandés pour vous