RTBFPasser au contenu

Belgique

R. Hedebouw (PTB): "Montrer à Onkelinx comment manifester"

R. Hedebouw (PTB): "Montrer à Onkelinx comment manifester"
03 sept. 2014 à 06:24 - mise à jour 03 sept. 2014 à 06:512 min
Par Julie Calleeuw

Alors que N-VA, CD&V, Open VLD et MR avancent sur la formation du gouvernement fédéral, le PTB fait part de ses craintes. "La situation est plus qu’inquiétante. On est en train de former un gouvernement des droites, dont le but est de faire payer les travailleurs", affirme Raoul Hedebouw. 

Le parti organisera d'ailleurs une manifestation le 19 octobre dans les rues de Bruxelles. N'est-ce pas un peu étonnant alors que le parti est maintenant représenté au Parlement ? "On avait dit qu’on allait être un parti pas comme les autres", répond le porte-parole du PTB, "Ce n’est pas faire de la politique dans une petite chambre, dans les commissions. Il s’agit de mobiliser les gens. Dans notre histoire sociale, c’est la résistance, la mobilisation qui a permis de freiner les reculs sociaux mais surtout d’aller de l’avant pour construire une sécurité sociale, une journée de huit heures..."

Et Raoul Hedebouw de critiquer le PS. "Les idées libérales contaminent un ensemble de partis. Le PS devrait probablement prendre position. Quand j’entends qu’on va couper dans l’enseignement, le 'moderniser', 'modernise' le service public… Je veux bien montrer à Laurette Onkelinx comment on fait pour manifester".

"Le PS ferait mieux de réfléchir"

Pour certains, c'est le PTB, qui en menant sa campagne, a affaibli le PS, rappelle Bertrand Henne. Ce qui fait rire jaune Raoul Hedebouw. "Pourquoi le PS ne peut-il pas se regarder dans un miroir et constater que les électeurs de gauche ne se sont pas retrouvés dans des mesures comme la chasse aux chômeurs, dans l’aide au sysème bancaire… ? Le PTB a évité que ces voix aillent vers la droite ou l’abstention. Le PS ferait mieux de réfléchir, de se remettre en cause…"

Le PTB dénonce les obstacles que les partis "traditionnels" placent en travers de son chemin. "Je trouve que c’est un problème qu’il y ait eu des freins préélectoraux (les 5%, etc), mais je vois aussi qu’après les élections, on nous a refusé un recomptage des voix à Charleroi, on nous a refusé un sénateur. Et aujourd’hui le ministre Furlan, qui est un socialiste, dit que le PTB, ce n’est pas pareil que le PTB-GO, et donc qu'on n'a pas le droit d’être dans les conseils d’administration des intercommunales. On rigole ou quoi ? On est où ? On a peur de quoi ?"

"L'OTAN encercle la Russie"

Sur la situation en Ukraine, le PTB se montre très critique. Il appelle à la fin des sanctions européennes contre la Russie. "Ce que nous disons, c’est que la politique va nous mener vers des situations, comme en 14-18. Aujourd’hui on parle de géostratégie dans l’Est, de pétrole et d’argent, pas de droits de l’homme. Depuis 10 ans, l’OTAN encercle la Russie en plaçant des bases militaires américaines dans les pays limitrophes. (...) Mais on condamne aussi effectivement la présence russe en Ukraine. C’est une geurre entre deux oligarchies en Ukraine. L’intérêt de la population ukrainienne n’est pas prise en considération. Continuer d’aller vers l’escalade, ce n’est pas la voie à suivre", conclut-il.

Réécoutez Raoul Hedebouw:

 

 

L'Acteur en Direct : Raoul Hedebouw

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

J.C.

Articles recommandés pour vous