RTBFPasser au contenu
Rechercher

Pandore

Qui est Salomé Richard, révélation de la série "Pandore" ?

Salomé Richard dans la série "Pandore".
27 févr. 2022 à 08:00 - mise à jour 27 févr. 2022 à 08:54Temps de lecture3 min
Par Noémie Jadoulle

Après avoir enchaîné les courts et longs-métrages, ainsi que quelques petits rôles en télé, Salomé Richard est l'une des héroïnes de la série Pandore. Elle y incarne la militante Ludivine, un rôle certes difficile, mais qui entre en résonnance avec ses valeurs et convictions.

C'est un peu "par hasard" que Salomé Richard est devenue comédienne, elle qui s'imaginait plutôt faire du design ou de l'architecture étant petite. Adolescente, la Bruxelloise s'inscrit dans une agence de casting de pub, plutôt pour "se faire de l'argent de poche facilement" que par ambition cinématographique. Elle ne tournera finalement jamais de pub, mais sera repérée à 19 ans lors d'un casting pour le court-métrage One de Serge Mirzabekiantz. Elle y interprète une jeune fille qui meurt dans un accident de voiture… "La première scène qu’on a tournée était une scène de morgue où je jouais le cadavre. On tournait dans une vraie morgue où il y avait des vrais morts… on ne pouvait donc pas éteindre le froid. Voilà ma première journée de cinéma : jouer la morte !", se souvient-elle en rigolant. "Comme je n’avais jamais joué devant une caméra, cette première journée était un bon moyen de me familiariser avec la circulation et l'énergie d'un plateau. Finalement, faire le cadavre était sans doute plus facile que de jouer !".

Salomé Richard dans "Eisbär".
Salomé Richard dans "Eisbär". © Iota Production

Avant de se former au Conservatoire de Mons, c'est donc directement sur les plateaux de tournage que Salomé Richard apprend le métier d'actrice. "Lorsque ma vie est arrivée à un carrefour, j’ai décidé de faire des études de théâtre pour un peu mieux comprendre ce que je faisais quand je jouais". Après One, les courts-métrages s'enchaînent, notamment Eisbär de Frédéric Noirhomme et Olivier Burlet. "Je me suis comme ça frayée un petit chemin dans le paysage du cinéma belge francophone".

Le début du succès

Salomé Richard dans "Baden Baden".
Salomé Richard dans "Baden Baden". © Film Kino Text

En 2009, elle rencontre la réalisatrice Rachel Lang qui cherche une comédienne pour son film de fin d'étude à l'IAD : Pour toi je ferai bataille. C'est le début d'une "belle collaboration", puisque les deux artistes collaboreront à nouveau ensemble sur Les navets blancs empêchent de dormir et le long-métrage Baden Baden qui vaut à Salomé Richard le Magritte du Meilleur espoir féminin en 2017. Un rôle qui la propulse sous les feux de la rampe et lui permet de travailler aussi en France, notamment dans La Douleur d'Emmanuel Finkiel (avec Mélanie Thierry, Benoît Magimel et Benjamin Biolay), mais aussi Rêves de jeunesse d'Alain Raoust, film solaire et intense dans lequel elle donne la réplique à Yoann Zimmer.

Yoann Zimmer et Salomé Richard dans le film "Rêves de jeunesse".
Yoann Zimmer et Salomé Richard dans le film "Rêves de jeunesse". © Shellac Distribution

L'aventure Pandore

C'est en 2018 que Savina Dellicour, Vania Leturcq et Anne Coesens lui proposent d'incarner Ludivine dans leur série Pandore, un rôle qu'elles ont écrit en pensant à elle. "C'était évidemment une opportunité incroyable, mais j'ai pris du temps avant d'accepter, car ce n’est pas un rôle évident à tenir. Finalement, c’était tellement en accord avec mes valeurs et avec ce que j’ai envie de défendre que j'ai dit oui.

J'aime cette idée que raconter des histoires peut faire changer les choses, bouger l’opinion publique et ouvrir les esprits. Ça m'a permis d’embrasser ce rôle malgré les difficultés qu'il comportait.

La série est alors encore en cours d'écriture et Salomé participe au processus de création de son personnage. Cette forte implication et sa collaboration fructueuse avec les réalisatrices lui permettront notamment de mieux aborder la scène de viol. En plus des nombreuses discussions avec les créatrices, la scène est scénographiée et répétée en amont. "Cette prépa était vraiment utile. Pas uniquement pour moi d'ailleurs, mais aussi pour les comédiens. Ce n'était pas du tout une mince à faire pour eux, d’autant plus qu’ils sont très jeunes. Il fallait donc vraiment qu’on se mette en confiance les uns avec les autres".

Salomé Richard dans la série "Pandore".
Salomé Richard dans la série "Pandore". © 2021 / RTBF / PROXIMUS / ARTEMIS PRODUCTIONS

Outre sa participation à un épisode de la série Les Rivières Pourpres, Salomé Richard signe dans Pandore son premier grand rôle dans une série télévisée. "C'est impressionnant de voir un propos si radical sur une chaine de grande écoute, à une heure de grande écoute. Je suis très enthousiaste que la RTBF ait accepté de relever ce défi. C’est chouette qu’un tel média se positionne si radicalement, ça met du baume au cœur".

Une actrice engagée

En dehors de sa carrière d'actrice (et de réalisatrice puisqu'elle a écrit et réalisé deux courts-métrages en 2013 et 2017 : Septembre et La Grande Vacance), Salomé Richard s'engage pour l'égalité des genres. Elle est membre active du collectif Elles font des films qui milite pour la parité dans le milieu du cinéma et de l’audiovisuel belge. "On pourrait s’imaginer que parce que le cinéma et l’audiovisuel sont des milieux assez privilégiés et bourgeois, il n'y a pas de sexisme. Or, la violence y est la même que partout ailleurs". Si elle se réjouit néanmoins que "les choses bougent", elle précise que "ce n'est pas à tous les étages" : "plus les postes sont à responsabilités et plus il y a de moyens et de pouvoirs, moins il y a de femmes". C'est donc avec d'autant plus d'enthousiasme que la comédienne s'est impliquée dans Pandore, une série écrite et réalisée entièrement par des femmes.

Pandore, les dimanches à 20h55 sur La Une, et en intégralité dès à présent sur Auvio.

Salomé Richard dans la série "Pandore".
Salomé Richard dans la série "Pandore". © 2021/RTBF / PROXIMUS / ARTEMIS PRODUCTIONS

Sur le même sujet

La série "Pandore" est disponible en intégralité sur Auvio

Pandore

"Pandore", la série belge saluée par la critique

Pandore

Articles recommandés pour vous