Monde Europe

Qui est Penny Mordaunt, la favorite surprise qui pourrait succéder à Boris Johnson comme Première ministre du Royaume-Uni ?

Penny Mordaunt en campagne à Londres le 13 juillet

© AFP or licensors

16 juil. 2022 à 05:13 - mise à jour 16 juil. 2022 à 10:14Temps de lecture2 min
Par Olivier Hanrion

Et si c’était elle ? Et si Penny Mordaunt devenait la prochaine Première ministre britannique ? Dans la course au leadership du parti conservateur, cette secrétaire d’Etat au commerce extérieur de 49 ans est en train d’imposer son style. Elle séduit largement les députés conservateurs qui depuis mercredi choisissent, par élimination, les deux candidats qui seront présentés au vote des 160.000 militants du parti.

Lors des deux premiers tours, Penny Mordaunt est sortie dans le peloton de tête. Juste derrière le favori, l’ex-Chancelier de l’Echiquier (ministre des Finances) Rishi Sunak mais devant la ministre des Affaires étrangères Liz Truss. Les deux autres candidats restant, l’ex-Secrétaire d’Etat à l’égalité Kemi Badenoch et le président de la commission des affaires étrangères Tom Tugendhat, sont déjà largement distancés.

La nouvelle star du parti conservateur

En quelques jours, celle qui n’était qu’une ministre de second rang est devenue la coqueluche des médias outre-Manche. D’autant que plusieurs sondages la placent largement en tête quel que soit son adversaire dans le dernier face à face. L’outsider est devenue une menace. Alors plusieurs personnalités du parti conservateur l’ont dans leur ligne de mire.

A commencer par David Frost. Cette semaine à la télévision, l’ex-ministre du Brexit de Boris Johnson a tiré à boulets rouges sur son ancienne collègue: " On ne pouvait pas toujours compter sur elle, elle n’était pas visible, parfois elle n’était même pas là… ".

Et dans la presse, sous couvert d’anonymat, plusieurs fonctionnaires du commerce extérieur se lâchent. Depuis le début de l’année, la ministre n’aurait jamais mis un pied hors du Royaume-Uni alors que son portefeuille consiste précisément à nouer des accords avec les pays tiers… Ambiance.

Une personnalité qui sort des sentiers battus

Penny Mordaunt dérange. Elle ne sort pas du moule traditionnel d’où sont généralement issus les leaders du parti conservateur. Elle n’a pas fréquenté Oxford ou Cambridge mais elle a étudié la philosophie à l’Université de Reading, nettement moins prestigieuse.

Pour payer sa scolarité, elle a dû multiplier les petits boulots, travailler à l’usine ou devenir l’assistante d’un magicien… Et c’est dans le domaine des relations publiques, pas vraiment au goût de l’establishment, qu’elle a commencé sa vie professionnelle. D’abord au sein du parti conservateur, puis pour la campagne du président américain George W. Bush.

Une fois élue députée (en 2010), elle n’hésite pas à s’affranchir des codes traditionnels de la politique en participant à un concours de plongeon pour une émission de télévision.

Mais c’est surtout lors de la campagne du Brexit qu’elle s’est illustrée. Farouche eurosceptique, Penny Mordaunt a activement participé à la campagne référendaire de 2016 pour que le Royaume Uni quitte l’Union européenne. Devenue membre du cabinet de Theresa May, elle s’est aussi violemment opposée à l’accord négocié par l’ancienne Première Ministre avec l’Union européenne qui prévoyait alors que le Royaume Uni reste au sein de l’Union douanière.

Cette personnalité directe, cette fidélité à ses idées, auxquelles s’ajoute une solide fibre patriotique (son père était parachutiste et elle est elle-même réserviste de la Royal Navy) semblent parler à la base du parti mais pas encore à l’ensemble des électeurs. Un récent sondage a montré que seul un Britannique sur 10 est capable de la nommer en voyant son visage. Un déficit de notoriété que Penny Mordaunt devra combler lors des prochains débats télévisés qui vont être organisés lors de la campagne.

Le résultat des courses sera connu le 5 septembre prochain.

Sur le même sujet

Les indépendantistes écossais outrés par des propos de Liz Truss

Monde

Royaume-Uni : duel final entre Rishi Sunak et Liz Truss pour succéder à Boris Johnson

Monde

Articles recommandés pour vous