RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Europe

Qui est donc Sue Gray, cette fonctionnaire qui enquête sur le "Partygate" ?

Sue Gray – Deuxième secrétaire permanente au bureau du Cabinet (Photo officielle sur le site du gouvernement britannique gov.uk)
24 janv. 2022 à 15:51Temps de lecture2 min
Par Pascal Bustamante

Loin des feux de la rampe, il n’existe pas beaucoup de photos d’elle en dehors de celles que publie officiellement le gouvernement britannique, Sue Gray est ces dernières semaines l’une des personnalités les plus observées du monde politique du Royaume-Uni.

C’est elle en effet qui a été désignée pour mener l’enquête sur les fêtes controversées tenues au 10, Downing Street en plein confinement Covid-19. Son rapport est attendu fiévreusement, tant par les travaillistes que par les conservateurs. Il devrait saisir les contours de la responsabilité du Premier ministre, Boris Johnson, dans cette saga politico-médiatique qui secoue le landerneau londonien.

Ancienne tenancière de pub

Sue Gray a un parcours atypique dans le milieu des hauts fonctionnaires britanniques. Elle a gravi tous les échelons de l’administration avant de se retrouver au sommet de l’État. Dans les années 80, elle a même interrompu sa carrière pour acheter et gérer un bar en Irlande du Nord, le Cove Bar, à Newry, à quelques kilomètres à peine de la République d’Irlande. Une aventure dans l'Horeca menée aux côtés de son mari, Bill Conlon, un chanteur de country et western dont la renommée s’étend des deux côtés de la frontière.

A la fin du 20e siècle, elle a rejoint les rangs du ministère pour, à nouveau, se hisser aux plus hauts postes de l’administration du gouvernement. Elle a dirigé l’équipe en charge des propriétés et de l’éthique dans les années 2000 et 2010. Depuis 2018, elle a déménagé en Irlande du Nord, où elle dirige le département des Finances de la nation membre du Royaume-Uni.

Le pot aux roses

Elle s’est vue confier la responsabilité de l’enquête interne de l’administration devant éclaircir les circonstances des fêtes organisées au 10, Downing Street, en temps de confinement. Qui les a organisées ? Qui les a permises ? Qui y a participé ? Quelle quantité d’alcool y a-t-on consommé ? Des questions qui mettent potentiellement en cause jusqu’à la responsabilité du Premier ministre Boris Johnson. Et elle a fait une découverte.

Loading...

"Je comprends que Sue Gray a trouvé l’email d’un haut fonctionnaire au secrétaire privé principal du Premier ministre, Martin Reynolds, l’avertissant que la fête du 20 mai ne devrait pas avoir lieu, selon la révélation de Cummings et mon blog ci-dessous. Tellement énorme…"

L’information qui a fuité alimente à présent les suppositions de tous bords. Tous les yeux sont plus que jamais tournés vers Sue Gray.

Plusieurs scalps à son actif

La haut fonctionnaire enquête sous l’autorité du Premier ministre, ce qui complique sa situation, mais la dame a déjà mené des enquêtes sur des affaires sensibles impliquant des parlementaires et des ministres.

En 2008, elle a établi que Damian Green, ministre d’État au bureau du cabinet, proche de la Première ministre de l’époque, Theresa May, avait menti sur la présence de vidéos pornographiques sur son ordinateur de fonction.

Elle enquête aussi sur Liam Fox, ministre de la Défense de David Cameron, soupçonné de pas avoir pu éviter des conflits d’intérêts dans l’exercice de ses fonctions.

En 2012, elle a aussi mené l’enquête autour du "Plebgate". L’affaire a fait grand bruit quand un proche de David Cameron, Andrew Mitchell, au cours d’une altercation avec la police qui surveille l’accès au 10, Downing Street et qui l’a empêché de sortir à vélo par la grande porte, a traité l’agent de "pleb". Une qualification méprisante du policier sur la base de son origine sociale. Malgré des excuses publiques, Andrew Mitchell a dû démissionner à peine un mois après l’incident.

Sur le même sujet

31 janv. 2022 à 15:39
Temps de lecture2 min
28 janv. 2022 à 12:50
Temps de lecture1 min

Articles recommandés pour vous