Le Jardin extraordinaire

Qui dit printemps, dit aussi hirondelle !

Hirondelles de carrière

© RTBF/Le Jardin Extraordinaire

07 mars 2022 à 09:38Temps de lecture2 min
Par Mathéo Cazzoli

Elles nichent dans nos carrières !

Le printemps arrive à grands pas, et ramène avec lui quelques espèces de vacanciers à plumes, qui ont passé l’hiver dans de plus chaudes contrées. Parmi ces dernières, on retrouve l’hirondelle de rivage, que vous pouvez admirer dans le " Jardin Extraordinaire " (voir vidéo ci-dessous) , mais aussi dans le film “Hommes et Hirondelles”, de Murielle Decarpenterie qui sera présenté à quelques privilégiés, en avant-première, le 11 mars à Namur.

Si une hirondelle ne fait pas le printemps, elle n’en reste pas moins un fameux indicateur de son arrivée. Et du côté de Walcourt, dans la carrière des Petons, on l’attend avec impatience, le retour de la belle saison, et ce, pour une raison bien précise.

Depuis quelques années, des centaines d’hirondelles de rivage viennent nicher dans les tas de sable de la carrière, une manœuvre qui n’est pas sans risques. En effet, les risques d’affaissement et de prédation mettent en péril cette espèce menacée.

Hirondelles de rivage

Le béton au service de la nature

Dans son film, Murielle Decarpenterie raconte qu’une solution peut être trouvée, que l’harmonie peut exister entre l’industrie et la nature, entre le kobéton et la terre.

“Le film est né d’un appel de Claudy Noiret, coordinateur de l’ASBL Les Bocages, qui agit depuis plus de 30 ans en faveur de la conservation et du développement harmonieux de la nature. Lorsque ce dernier s’est rendu à la carrière, il a alarmé le directeur des lieux sur la dangerosité pour l’espèce de nidifier dans le sable. Et suite à un gros phénomène de prédation, qui a décimé une partie de la colonie, le directeur des lieux a décidé de faire quelque chose. C’est à ce moment-là que Claudy m’a appelé, en me disant qu’un mur long de 40 mètres allait être érigé pour permettre aux hirondelles de nidifier en toute sécurité.”

Le mur est en fait un assemblage de “L” en béton, moulé à Waregem, troué à plusieurs endroits, pour permettre aux hirondelles de rivage d’y entrer.

© Tous droits réservés

Un film pour conscientiser

“Raconter le champ des possibles, ouvrir les yeux du monde sur des solutions constructives, ce sont les objectifs de ma vie. Alors, quand on arrive à déployer des moyens pareils pour sauver une espèce en voie d’extinction, je me devais de le montrer au monde. La magie a vraiment opéré sur ce projet, on ne s’attendait pas à ce que ça aille si loin. Le personnel de la carrière s’est directement senti très impliqué, tout comme la société CDS Béton, qui s’est occupée de mouler le mur. On a vraiment remarqué une prise de conscience, comme une révélation sur ce que doit être l’industrie. C’est toute la beauté du film de voir comment la grosse machine de l’industrie a su se mettre au chevet d’une si petite bête”, s’enthousiasme Muriel Decarpenterie.

Sandra Standbridge

D’ici un peu plus d’un mois, la carrière des Petons aura l’immense joie de retrouver l’hirondelle de rivage, qui inaugurera sa nouvelle demeure. “Cela va être un grand moment, c’est marrant de voir comment le personnel de la carrière est au taquet. Ce projet, j’aime l’associer à une phrase qui m’est chère : l’humain est une force de la nature. Cela résume assez bien mon état d’esprit, l’Homme est un vivant parmi tant d’autres, sans idée de hiérarchie, comme un rouage parmi des centaines d’autres, de l’écosystème.”

Pour plus d’informations sur le projet, visitez le site internet : https://hirondelles.gintlemen.be/fr

Les hirondelles de la sablière de Mont-St-Guibert

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous