Chroniques

Qui a encore confiance en la Belgique?

Qui a encore confiance en la Belgique?

© Tous droits réservés

25 avr. 2016 à 09:05Temps de lecture1 min
Par Bertrand Henne

Un rapport qui met notamment en cause son patron, Jan Bens. Un patron qui manquerait d’indépendance face aux pressions politiques (Le gouvernement) et économique (Electrabel). C’est en tous les cas ce qu’Ecolo retient et met en avant. Or l’agence de contrôle, c’est elle qui a autorisé la relance des réacteurs de Doel3 et Thiange2. Relance controversée, contestée officiellement par l’Allemagne et le Luxembourg.

Pour de bonne et de mauvaise raison, la Belgique n’inspire plus confiance. Elle est perçue comme un état faible, incapable de faire face à la menace Djihadiste. Et pour de bonnes et mauvaises raison également la Belgique est perçue comme incapable de gérer le potentiel risque nucléaire. Même au moment des 500 jours sans gouvernement, la Belgique n’avait vécu une telle détérioration de son image à l’étranger...

Parmi les bonnes raisons de la méfiance, c’est clairement le manque de gouvernance. C’est état illisible, qui manque de leadership, cette bouillasse institutionnelle ou personne n’est véritablement responsable.
Parmi les mauvaises raisons, c’est la concurrence stratégique. L’Allemagne (qui a d’ailleurs abandonné le nucléaire) à plutôt intérêt à voir le Belgique importer son électricité.
Cette concurrence stratégique s’est largement exprimée aussi après les attentats. Zaventem qui va mal c’est Schipol au pays bas qui va mieux et qui fait même de la pub sur notre dos.
Bruxelles désertée ce sont les chambres à Paris ou Amsterdam qui se remplissent.
Au fédéral et dans les régions tous le monde est bien conscient de ça. Mais le pays n'est que la sommes d'intérêt particuliers, divergents. L'intérêt supérieur de l'Etat, du citoyen, c'est une notion qui nous est à peu près inconnue. Et ça, ça nous rend faible...

coulisse du pouvoir 25/04

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous