RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Bruxelles

Quels sont les points de l'accord de gouvernement qui concernent Bruxelles?

Le programme de la Vivaldi concerne aussi Bruxelles
01 oct. 2020 à 08:40Temps de lecture2 min
Par Philippe Carlot

La région bruxelloise est concernée par l'accord que vient de sceller la majorité "Vivaldi". Certaines matières, comme la sécurité et la mobilité, relèvent à la fois du niveau fédéral et des entités fédérées. Les politiques ferroviaire et aérienne, par exemple, se décident au fédéral tout en ayant un impact sur la région. Les décideurs bruxellois auront donc parcouru avec intérêt le programme de la Vivaldi. 

Sécurité : plus de pouvoir au Ministre-Président

En matière de sécurité, les compétences de la Région bruxelloise s'avèrent limitées. L'accord de gouvernement prévoit cependant de renforcer les pouvoirs du Ministre-Président "en cas de problèmes de sécurité aigüs, exceptionnels ou inattendus". Pour garantir une unité de commandement, le Ministre-Président assurera la coordination des six zones de police bruxelloises. 

Ces zones, précisément, resteront-elles au nombre de six? On le sait, la fusion des zones de police bruxelloise est une vieille revendication flamande. En tant que tel, le point n'est pas mentionné dans l'accord de majorité fédéral. Il est par contre question de revoir le modèle de financement, de manière à faciliter une taille optimale des zones. Ce qui pourrait déboucher sur une réduction du nombre de zones bruxelloises de six à deux ou trois. A vérifier.

Mobilité : vers un hub ferroviaire européen

Les partis de la coalition Vivaldi envisagent d'investir dans le rail au cours de la législature. L'objectif est d'assurer une meilleure liaison entre les gares bruxelloises et plus particulièrement la jonction Nord-Midi. Plus ambitieux, Bruxelles est appelée à devenir un "hub" ferroviaire international et à jouer un rôle précurseur en vue d'une liaison accrue et plus rapide entre les grandes villes européennes grâce au train de nuit. 

Survol de Bruxelles : un texte flou

La question du survol de Bruxelles et son cortège de nuisances sonores empoisonne la vie des gouvernements fédéral et régional depuis plus de 20 ans sans qu'une solution durable émerge, la justice venant régulièrement y ajouter son grain de sel. Il est peu probable que le nouveau gouvernement fasse mieux que ses prédécesseurs sur la base du compromis présenté dans l'accord. Il promet une loi aérienne équilibrée pour régler les problèmes de nuisances sonores et l'insécurité juridique autour de l'aéroport de Bruxelles-National. Pas de quoi rassurer les dizaines de milliers de Bruxellois survolés, sans doute. 

Articles recommandés pour vous