RTBFPasser au contenu

Le 6/8

Quels aliments peuvent prévenir ou favoriser le développement d’un cancer ?

Alimentation et lutte contre le cancer

Le 6-8

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Fruits et légumes, alcool, sucre,... Chantal van der Brempt, nutritionniste, fait le tri dans les croyances qui circulent sur les aliments pouvant favoriser ou ralentir l’apparition d’un cancer.

Le mois d’octobre est synonyme de lutte contre le cancer, avec notamment la campagne Think Pink, dont Ophélie Fontana est la marraine, qui sensibilise au dépistage du cancer du sein. 1 femme sur 8 en Belgique est même atteinte par cette maladie.

Les tumeurs qui peuvent se manifester proviennent de différents facteurs, et la recherche s’intensifie pour les faire disparaître. La nourriture joue également un rôle important : si certains ingrédients sont à limiter, d’autres seraient à l’inverse, à privilégier, car ils parviendraient même à rendre le traitement plus efficace.

Les avantages d’une alimentation saine face au cancer

Une bonne alimentation est même "l’outil le mieux placé pour faire de la prévention" assure Chantal van der Brempt et amène d’autres bienfaits dans la réaction au traitement octroyé.

  • Des études scientifiques ont prouvé que le traitement serait plus efficace et que les effets secondaires seraient amoindris
  • La toxicité, liée en partie à la chimiothérapie, est aussi atténuée
  • L’alimentation saine favorise le bien-être, très utile dans cette lutte psychologique face au cancer
  • Enfin, on a constaté une baisse de mortalité "liée à l’alimentation lorsqu’il y a traitement et intervention chirurgicale de cancer" indique la nutritionniste du 6-8.

Attention toutefois, la médecine n’est pas non plus une science exacte, d’autres facteurs entrent aussi en jeu. Ce taux de guérison dépend aussi du stade de la maladie.

Respectez la pyramide de l’alimentation

Les croyances sur la nourriture à avaler en période de cancer circulent abondamment. Chantal van der Brempt démêle le vrai du faux.

Pas de surprise, il faudra respecter la pyramide alimentaire dont la base n’est plus les féculents comme renseigné à l’époque, mais bien les fruits et les légumes.

L’alcool est bien sûr à proscrire : le foie doit beaucoup travailler lors de la radiothérapie et la chimiothérapie. L’alcool est aussi métabolisé par cet organe. En boire lors d’un traitement ne contribuera dès lors qu’à ralentir son efficacité… et provoque davantage de cancers du foie.

En lien avec la consommation d’alcool, le surpoids.

Pour les femmes atteintes d’un cancer du sein et qui sont en surpoids, le risque de rechute augmente pour une raison bien précise : elles stockent plus d’œstrogènes que les autres. Le cancer du sein est souvent dépendant des œstrogènes. On évite donc les excès.

Le surpoids favorise aussi l’apparition d’un cancer du sein. Pour l’homme ce problème entraînera lui plus facilement celle d’un cancer de l’intestin.

Getty Images/iStockphoto

Absorber le moins possible de calories sauf si…

Si l’on conseille normalement à une alimentation basée sur des aliments sains au moment d’un cancer, il existe toutefois des exceptions.

L’apparition d’une tumeur entraîne aussi le manque d’appétit, au risque de tomber en dénutrition. Lors d’un cancer, on constate beaucoup de pertes de poids et a fortiori de calories. Dans ce cas, il vaut mieux privilégier les calories, et même si elles proviennent des pâtisseries plutôt que d’être complètement dénutri.


►►► À lire aussi : Quels aliments boostent le cerveau et peuvent ralentir les maladies neurodégénératives ?


Par ailleurs, le risque de rechute s’accroît également en cas de dénutrition car la résistance au traitement se minimise.

Le soja est autorisé

Une croyance bien répandue dans l’alimentation en période de cancer concerne le soja auquel le cancer serait hormonodépendant. En réalité, manger du soja est autorisé selon Chantal van der Brempt, même en cas de cancer du sein et de ménopause.

Ce qui est déconseillé par contre, c’est d’ingurgiter du soja en complément alimentaire car la dose est trop forte.

Alimentation et lutte contre le cancer

Le 6-8

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le sucre, normalement à bannir

Autre aliment qui suscite le débat, même chez les chercheurs, concerne le sucre : aggrave-t-il le cancer ?

D’un côté la Fondation contre le cancer estime que les preuves ne sont pas assez suffisantes pour affirmer cette théorie. D’un autre côté, les études se multiplient sur le sujet dont celle du Docteur Massimiliano Mazzone pour la KULeuven. Ce dernier estime que le sucre au contact de la tumeur, entraînera la même réaction qu’une dose de sucre avalée par un enfant : de l’hyperactivité qui pourrait rendre la maladie incontrôlable.

Le sucre favorisera malheureusement l’apparition des métastases et les rendra encore plus incontrôlables.

Le jeûne, un allié de poids dans certains cas

Qu’en est-il du fameux jeûne périodique pendant la chimiothérapie ?

Le constat est le même que pour les personnes qui ont perdu beaucoup de poids pendant leur traitement : il est inutile de jeûner mais des études britanniques approfondies sont menées en ce moment pour savoir si cette période ne serait tout de même pas bénéfique pour contrer le cancer.

Pourquoi cette hypothèse ? "Une cellule cancéreuse se développe très rapidement et utilisera tout le capital santé par l’alimentation" informe la nutritionniste du 6-8. Il faudrait donc affamer les cellules cancéreuses sans pour autant s’affamer, en jeûnant de manière périodique.

Si cette option vous tente, dans tous les cas, vous devez d’abord demander l’avis de votre médecin.

Superaliments et compléments

Enfin, comme la mode des superaliments se répand, Chantal van der Brempt donne son avis sur leur consommation face au cancer. En prévention, elle apportera des effets bénéfiques selon elle.

Les compléments alimentaires doivent quant à eux être manipulés avec une plus grande prudence : ils peuvent booster l’immunité voire le traitement mais à l’inverse peuvent le contrecarrer. Tout cela dépend des maladies auxquelles un être humain est confronté. Demandez donc conseil à votre médecin.

Retrouvez les conseils nutrition de Chantal van der Brempt et bien d’autres chroniques tous les jours de la semaine dans Le 6-8 sur La Une.

Articles recommandés pour vous