Quelle est l'origine des plus belles expressions du français de Belgique ?

Quelle est l'origine des plus belles expressions du français de Belgique ?

© Racines

07 janv. 2017 à 13:00Temps de lecture2 min
Par sbru

L'ouvrage " Tours et détours " de Michel Franquin, professeur de linguistique à l'UCL, propose un voyage dans la francophonie grâce au décryptage de 50 expressions typiquement belges.

Pour l'auteur, ces expressions sont " nos bijoux de famille ". Elles nous appartiennent, elles parlent du monde dans lequel on vit avec les mots que nous avons l'habitude d'utiliser. Selon Michel Franquin, elles prouvent que " la langue française est une langue internationale qui se décline en communautés linguistiques ".

 

__________________________________________

" Il fait douf "

Cette expression bruxelloise qui vient du flamand n'est pas spécialement comprise ailleurs que dans la capitale. Typiquement belge, elle représente un patrimoine qui n'est pas nécessairement reconnu. En Wallonie, on utilisera plutôt " il fait mourant " pour dire qu'il fait chaud, lourd.

__________________________________________

" Jouer avec les pieds de quelqu'un "


Ce qui est intéressant, c’est que les expressions ne sont pas comprises ailleurs, pourtant elles comportent des mots du français basique. Lors du débat sur le CETA, Paul Magnette a utilisé cette formule. La presse étrangère, même francophone, l’a reprise, mais a dû expliquer qu’elle signifiait "provoquer", "ennuyer quelqu’un".

 

__________________________________________

" Tomber en rac "

Ces syntagmes peuvent être expressifs. Dans le cas de " tomber en rac ", c'est l'onomatopée " rac " qui montre que l'on s'arrête, qu'on est bloqué. Onomatopée que l'on retrouve dans le terme " cracher " qui a la même racine. L'expression française (de France donc) qui lui correspond est: " être en rade ".

 

 

" C’est avec des mots que nous avons une vision du monde. Elle ne peut être partagée qu’avec des mots que nous mettons sur elle. Voilà pourquoi je pense que ces expressions concentrent toute une série d’images sur notre réalité " Michel Franquin

 

 

__________________________________________

" Comparer des pommes et des poires "

Le français, le flamand, le slovaque et le tchèque utilisent les mêmes fruits pour expliquer que l'on ne doit pas comparer ce qui n'est pas comparable. Alors que l'anglais préférera les pommes et les oranges pour le faire. Les expressions font référence à la réalité: la pomme et la poire sont des fruits courants en Belgique. Cette formule montre que les langues prennent leur source dans la société dans laquelle on vit.

 

__________________________________________

" Avaler par le trou du dimanche "

En Wallonie, cette formule traduit l’action d’avaler de travers. Elle trouve son origine dans un mélange imagé suisse et belge. En Suisse, le trou du dimanche est une autre façon de parler du gosier. Tant dis qu’en Belgique, autrefois, le " trou aux prières " exprimait le gosier.

 

 

 

Articles recommandés pour vous