RTBFPasser au contenu

Quel pourrait être l'impact d'une épidémie de grippe en plus d'une quatrième vague de coronavirus en Belgique ?

Quel pourrait être l'impact d'une épidémie de grippe en plus d'une quatrième vague de coronavirus en Belgique ?
26 oct. 2021 à 12:10 - mise à jour 26 oct. 2021 à 14:493 min
Par Adeline Louvigny

Le commissariat Corona, dans son dernier rapport "Analyse de la situation et des risques et stratégie de gestion", rédigé en vue du codeco de ce 26 octobre, a tenté d'évaluer l'impact potentiel d'une épidémie de grippe qui viendrait se superposer à la quatrième vague de coronavirus de cet automne 2021.


►►► Coronavirus en Belgique ce 26 octobre : la hausse des contaminations continue de s'accélérer


Le GEMS considère que si la situation épidémiologique était restée globalement "sous contrôle" jusqu'ici, c'est car le nombre de contacts est significativement plus bas qu'avant la pandémie et qu'un haut niveau d'immunité a été acquis par la vaccination et via immunité naturelle. "En conséquent, compte tenu des assouplissements du 1er octobre et du retour des étudiants en présentiel dans le supérieur, les cas et les hospitalisations pourraient être multipliés par trois par rapport au niveau actuel (soit le 21 octobre, ndlr)"

Le GEMS a simulé la situation la plus pessimiste d'association de pics d'épidémie entre la grippe et le covid :

  • Covid :
    • +20% de contacts par rapport au 1er octobre (date des derniers assouplissements) signifierait un pic entre 100 et 200 hospitalisations journalières, avec une occupation maximale des lits de réanimation à 350-400
    • +40% de contacts par rapport au 1er octobre signifierait un pic entre 200 et 300 hospitalisations journalières, avec une occupation maximale des lits de réanimation entre 700 et 800.
  • A cela s'ajouterait la grippe : au pic de l'épidémie, jusqu'à 225 hospitalisations quotidiennes supplémentaires (356 à 1 575 admissions hospitalières par semaine) et 62 à 80 admissions en réanimation par semaine (soit maximum 11.4 par jour). Pour les médecins généralistes, cela voudrait dire 19 726 à 76 530 consultations par semaine.

La combinaison des deux donnerait, si les deux épidémies venaient à se superposer temporellement (scénario du "pire") :

  • un peu plus de 400 hospitalisations par jour, et jusqu'à 550-600 lits en réanimation, pour le scénario + 20%
  • plus de 500 hospitalisations par jour, et jusqu'à 900 à 1000 lits occupés en réanimations, pour le scénario + 40%

Selon les dernières données de l'épidémie de covid, on semble se diriger vers un scénario à +40% pour les admissions hospitalières, mais, du côté de la réanimation, c'est plutôt vers la courbe des +20%.

Admissions hospitalières journalières
Nombre de lits en réanimation occupés

Beaucoup d'incertitudes pour la grippe

Avec cependant des incertitudes concernant la grippe, dont l'impact est difficile à prévoir : en effet, vu l'absence de circulation du virus de la grippe cette année (comme effet des mesures sanitaires prises pour le covid), il est "difficile de prévoir quand se déroulera une éventuelle épidémie de grippe en Europe". "Ces dernières semaines, un nombre croissant de cas de grippe A(H3N2) a été signalé dans plusieurs pays européens. Il est possible que l'épidémie de grippe saisonnière (qui atteint généralement son pic en février-mars) se déclenche plus tôt que lors des saisons antérieures à la campagne COVID-19, ce qui pourrait accroître la pression et la charge sur les établissements de santé." L'absence de grippe l'année dernière pourrait également "contribuer à une plus grande sensibilité de la population".


►►► Pas d'épidémie de grippe pour le moment en Belgique mais 1 symptomatique sur 2 est positif au Covid-19


Le rapport souligne également que "l'efficacité vaccinale des saisons précédentes de grippe régulière pour les virus A(H3N2) était faible à très faible, surtout chez les personnes âgées" et avance le fait que le vaccin développé pourrait être mal adapté à la souche en circulation ("discordance antigénique entre la souche vaccinale et la souche en circulation"), car le faible nombre de détections de cas dans l'hémisphère sud rend le développement d'un vaccin efficace plus difficile.

Covid et grippe: JT 25/10/2021

Articles recommandés pour vous