RTBFPasser au contenu

Economie

Que risquent Dexia et les Belges si la plus vieille banque du monde tombe en faillite?

Que risquent Dexia et les Belges si la plus vieille banque du monde tombe en faillite?
22 déc. 2016 à 11:29 - mise à jour 22 déc. 2016 à 12:441 min
Par RTBF

L'horloge tourne pour la banque Monte dei Paschi di Siena, la plus vieille banque du monde. L'ultimatum pour l'augmentation de capital nécessaire à sa survie expire ce jeudi à 14h00. Et aucun investisseur ne s'est manifesté.

Si l’État italien devrait donc reprendre la main et renflouer les caisses de cette banque, considérée comme la plus fragile de la zone euro, de nombreuses questions se posent car l'Europe impose un cadre strict. Les règles impliquent de faire payer d'abord les créanciers avant de mobiliser les fonds publics. Ce qui imposerait de faire perdre leurs économies aux quelques 50 000 porteurs d'obligations de la Monte dei Paschi Siena.

Autre solution, mais peu probable, le "bail-in", un sauvetage où les porteurs d'obligations et d'actions se verraient rejoindre par les épargnants.

Et les Belges? Et Dexia?

Depuis la crise financière de 2008, les banques belges ont largement assainit leurs créances en souffrance en Italie jusqu'à un total légèrement inférieur à 20 milliards, dont environ 50 % en dettes publiques.

Mais le risque pour les banques belges n'est pas nul. Elle pourraient être exposées de manière indirecte puisque leurs partenaires néerlandaises, et surtout françaises, seraient directement impactées par les problèmes de la Monte dei Paschi, surnommée dans certains cénacles "la Dexia italienne" .

Dexia justement. La banque résiduelle de l’État belge possède encore un "portefeuille italien à risque" dont elle n'a jamais su se défaire. A travers sa filiale Dexia Crediop, le groupe Dexia était exposé au 30 septembre 2016 à hauteur de 27,4 milliards d'euros à l'Italie, ce qui représente 16% de la totalité de ses expositions.

Et en cas de nouveau coup dur pour la banque, il n'est cependant pas à exclure que le contribuable soit à nouveau sollicité.