RTBFPasser au contenu

Week-end Première

Que révèle l'usage des citations ?

Que révèle l'usage des citations ?
18 mai 2021 à 08:422 min
Par RTBF La Première/Matthieu Peltier

Elles sont partout : sur les réseaux sociaux, sur nos peaux, en tatouage, on les utilise pour argumenter, parler de soi ou pour faire rire… on parle des citations philosophiques. Mal attribuées, sorties de leur contexte, les citations sont souvent malmenées. Mais leur usage n'est-il pas une forme populaire de pensée qui a tout son sens ? Matthieu Peltier nous parle aujourd’hui de ce phénomène au succès grandissant.

"Sans la musique, la vie serait une erreur"
(Nietzsche)

"L’existence est une douleur constante, tantôt lamentable et tantôt terrible"
(Schopenhauer)

"Il n’y a qu’une route vers le bonheur,
c’est de renoncer aux choses qui ne dépendent pas de notre volonté"

(Épictète)

_________

Des citations détournées

Le succès des citations, qui augmente de jour en jour sur les réseaux sociaux, pose un peu problème aux philosophes, admet Matthieu Peltier.

Des citations sur l’amour, sur la vie, sur l’art,… on en trouve souvent plaquées sur un coucher de soleil ou accompagnant un selfie avantageux. On ne peut pas nier l’usage de la citation comme affirmation identitaire. Par la citation, on se définit une identité vis-à-vis des autres. C’est une manière comme une autre de communiquer quelque chose de nous-mêmes.

Mais ce qui énerve parfois les philosophes, c’est le détournement que subissent les citations philosophiques, prises hors de leur contexte, comme le montre Laurence Devillairs dans son livre Les 100 citations de la philosophie.

En voici trois exemples.

 

La phrase de Sartre "L’enfer c’est les autres"

On utilise bien souvent cette citation pour souligner le problème des autres, la difficulté de la relation avec les autres. Alors que pour Sartre, cela dénonce d’abord un besoin personnel, celui d’exister dans le regard des autres, un besoin qui nous enferme dans des identités figées qu’on ne parvient pas à dépasser.


La formule de Hobbes "L’homme est un loup pour l’homme"

On l’utilise pour parler de la cruauté gratuite que l’homme a envers ses semblables. Alors que Hobbes veut dire par là que c’est l’expression d’un principe vital qu’il reprend au loup et non pas d’une cruauté gratuite. C’est ce principe naturel qui justifie d’ailleurs pour lui le pacte social assurant la suspension des violences justement, pour assurer la conservation des personnes et des biens.


La phrase de Pascal "Le coeur a ses raisons que la raison ignore"

Il ne s’agit pas, chez Pascal, d’une défense de l’aveuglement amoureux, mais plutôt d’une défense de la connaissance intuitive de vérité qui nous dépasse et qui ne peut pas être démontrée par la raison humaine.
 

Citation de Victor Hugo
Citation de Victor Hugo Wikimedia Commons

Un point positif dans cet usage des citations ?

L’avis de Matthieu Peltier a toutefois un peu évolué au fil du temps.

"Certes, on peut voir une citation comme un vestige du passé, qu’il faut replacer dans son contexte pour comprendre, et c’est d’ailleurs un travail très intéressant.

Mais on peut aussi concevoir la citation comme une entité qui mène sa propre vie. Finalement, dans une citation, il y a l’auteur et son contexte, mais il y a aussi le travail de celui qui reçoit une citation et qui la fait résonner à un moment particulier de sa vie. Et c’est vrai qu’une citation peut parfois venir nous toucher et exprimer mieux que nous ce que nous ressentons confusément. Et ça, c’est une aide extrêmement précieuse. Ce sentiment d’être rejoint, de trouver les mots qui expriment ce qu’on vit, c’est inestimable."
 

Les citations révèlent l’âme de celui qui les brandit (Sylvain Tesson)

 

Articles recommandés pour vous